A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Jean Salmon dit Macrin
poète néo-latin, né à Loudun
par Jean-Claude Raymond


Sur les Pas de Salmon Macrin, poème de Fernande Germain

Sur les Pas de Salmon Macrin



Hommage à Jean Salmon Macrin
Qui a si bien vanté Loudun
Dans ses poèmes néo-latins
Avec un style parfois badin.

Il savait parler, sans détours,
De Gélonis, de leurs amours,
Avec son esprit romantique
C’était un vrai poète lyrique.

Il a chanté sa terre natale
Avec un élan viscéral,
Cela dans une bouffée d’air pur
Tant il aimait cette nature.

Il appréciait beaucoup Germiers
Dans son domaine coutumier
Et, parmi les bois, les ruisseaux,
Il affectionnait « Le Brisseau »

Cette source limpide du Martiel
Etait pour lui providentielle,
Rêver dans ce décor champêtre
Sous les grands chênes et les hêtres.

« Le Brisseau » existe toujours
Dans un pré, aux belles de jour,
« L’aimable murmure de la source… »
A encore beaucoup de ressources.

Je me souviens, qu’étant enfant,
Les jours d’été très étouffants
Je venais remplir ma bouteille
A une source de « Beau Soleil »

Cette Fontaine du Martray
Etait pour moi pleine d’attrait,
Elle alimentait le Martiel
D’une façon très substantielle

C’était à deux cents mètres de là
Que Jean Salmon Macrin passa
Son enfance dans ce site plaisant
Il y a maintenant cinq cents ans.

Fernande Germain
1999-09-09

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Salmon Macrin aujourd'hui et à son époque

Aujourd'hui méconnu

Salmon Macrin — plaque nom de rue à Loudun (France — Vienne)

Lorsqu'on cite les célébrités du Loudunais, il est très rare que spontanément l'on cite Salmon Macrin. Le poète Salmon Macrin y est pourtant né, s'y est marié et y est mort.

Dans ses poèmes en latin, il a décrit des lieux de Loudun ( en particulier des fontaines), ses amours pour la belle Gelonis, une loudunaise qui devint sa femme. Qui, en dehors des spécialistes, connaît aujourd'hui un texte de lui ?

A son époque qu'en était-il ?

Michel de l'Hospital, humaniste, chancelier de France auquel Ronsard adressa sa longue ode pindarique (816 vers), écrivit des épîtres poétiques, chacune d'elles étant adressée à un personnage politique, ecclésiastique ou littéraire. On cite souvent à ce sujet les adresses à Jean du Bellay, Marguerite de Valois, André Tiraqueau et Salmon Macrin.

Salmon Macrin fut juge de concours de poésie à Poitiers. La biographie de Marc-Antoine Muret relate que ce dernier participa à un de ces concours.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Salmon Macrin et la poésie amoureuse

Même si, dans Délie, objet de vertu , long poème le poète lyonnais Maurice Scève chantant la femme aimée, peut être considéré comme le premier cycle amoureux de la Renaissance française, il faut reconnaître que des poètes néolatins dont Salmon Macrin, d'une part, et Marot d'autre part, peuvent être considérés comme des précurseurs dans le genre des cycles de poésies amoureuses.

Même si Salmon Macrin a écrit quelques poèmes sur une certaine Glycère qui pourrait être une fiction littéraire, Il est le poète de la fidélité. D'une part, une dame inconnue qui semble réelle et l'avoir fait souffrir, a « laissé une marque profonde dans son cœur, puisqu’elle lui manque encore longtemps après qu’ils se soient séparés » (ci-dessous bibliographie [1]), mais surtout l'amour qu'il voua à Gélonis, d'abord adolescente, puis fiancée et épouse fut d'une constance exemplaire. La disparition de cette dernière qui lui avait donné douze enfants entraîna celle de l'inspiration du poète. Faut-il voir en cette fidélité, une conséquence du calvinisme de Salmon Macrin ? On ne saurait l'affirmer. Mais on peut dire qu'il a su assurer la synthèse entre la sensualité et la spiritualité.

Pour appréhender et comprendre les multiples aspects de la poésie amoureuse de Salmon Macrin, il faut absolument lire la thèse de Gaëlle Vuillaume (cf. [1] dans bibliographie ci-dessous). Elle y décrit en différents chapitres l'amour de Salmon Macrin tel qu'il apparaît dans sa poésie :

  • Mœurs libérées et amour véritable,
  • Un amour physique et spirituel,
  • La relation amoureuse,
  • Plénitude de l'amour.

L'analyse de cette poésie révèle la place que Salmon Macrin donne à sa femme Gélonis. C'est pour  cela que nous avons inscrit Salmon Macrin parmi les célébrités qui ont pris le parti des femmes.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Biographie

Enfance

Jean Salmon naquit à Loudun en 1490. Il était fils de Jean Salmon et de Louise Tyrel. Ses premières études se déroulèrent dans cette ville. Sa famille, qui avait une fortune médiocre et qui avait rapidement pris conscience de ses talents le destinait à une carrière dans le barreau qui paraissait lucrative. Georges Soubeille met l'accent sur le rôle positif de la mère du jeune Jean.« L'enfance du futur poète est peu connu[e], il aimait les ruisseaux et les bois, choyé par sa mère et manifestant des dons intellectuels précoces » :

Élevé pendant mon âge tendre par l'indulgence
de la meilleure des mères, j'ai gaspillé sottement
les temps heureux de mon enfance dans des jeux puérils.
Puis j'ai grandi peu à peu sans quitter ma maison
Et j'ai tourné mon âme ardente vers les chœurs d'Aonie,
La lyre charmeuse des poètes fut surtout chère à mon cœur.

Hymne 1537

Son père possédait un petit domaine non loin de Germiers, il[Macrin] aimait la nature et les bois, enfant il venait souvent jouer près de la fontaine Brisseau.

Georges Soubeille

maître de conférence à l'université de Toulouse

D'autres comme Dreux-Duradier font valoir que le père de Salmon Macrin qui n'avait pas de penchant pour le droit ne s'opposa pas aux inclinations de son fils et lui permit d'achever ses études à Paris avec le célèbre Jacques Fèvre d'Étaples.

Le succès rapide

Son talent lui permit d'attirer l'attention de personnages de premier rang. Ses poésies furent vite admirées, en particulier par Guillaune Budé. Jusqu'alors les poètes français de langue latine ne s'étaient essayés ou très rarement, à écrire des odes. Celles de Macrin avaient ainsi un air de nouveauté qui ont dû contribuer à les faire aimer. On compara alors rapidement Macrin aux maîtres latins du genre : Horace, Catulle ou encore Anacréon.

Il put profiter de la protection de personnages importants comme Guillaume du Bellay ou Jean du Bellay, évêque de Bayeux. Il vivait à la cour. Premier valet de chambre du roi, ce dernier le voyait assez souvent. Dreux-Duradier écrit : « la galanterie et les applaudissements amusèrent sa jeunesse. » Est-ce par lassitude ou comme suite à la perte en quelques jours de sa mère de ses sœurs Françoise et Honorée et de trois de ces neveux, morts d'une maladie épidémique qu'il revint à Loudun ?

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

L'attachement de Salmon Macrin à Loudun

INVOCATION A LOUDUN

Magnifique cité du grand César, de quels noms pourrais-je assez t’honorer,
toi qui es si chère à Marie, mère du Roi éternel et aux Célestes ?
Indentationtoi qui vois tant de splendides sanctuaires, de portiques artistement bâtis
en marbre ancien, de citadelles s’élever bien haut grâce au génie de bons artistes,
Indentationtoi qu’arrosent Brisseau de ses douces ondes et Leucocrène au bruit rauque,
toi que Liber à profusion et la bienfaisante Cérès gratifient continûment de leurs dons,
Indentationtiens, reçois cette couronne que t’offre ton enfant, elle t’est bien due, et ne refuse pas ce que produira, quelle qu’en soit la valeur, notre luth d’ivoire.

Jean Salmon Macrin

Salmon Macrin resta attaché à Loudun, à tel point que, par licence poétique, il en fit une cité construite par Jules César. Il l'appela Iuliodanum. Curieusement, ce nom fut repris à tel point qu'on trouve encore des articles disant que Loudun s'appela Ivliodvnvm. La meilleure  preuve  est  un portrait d'Urbain Grandier publié en 1627 portant l'inscription : « Vrbanvs Granderivs - Ivliodunensis ecclesiæ rector. MDCXXVII » (Urbain Grandier recteur d'une église de Loudun). Ce portrait dessiné par E. Grasset figure en frontispice d'un livre du Dr Legué, publié en 1880 (je pense qu'il s'agit d'Urbain Grandier, documents inédits de M. Ch. Barbier par le docteur Gabriel Legué, in-8, Paris, voir bibliographie d'Urbain Grandier).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Salmon Macrin : ses amis

Joachim du Bellay

Entre 1545 et 1547, Joachim Du Bellay est étudiant à la faculté de Droit de Poitiers. Il y rencontre Salmon Macrin qui l'aurait initié à la poésie.

François Rabelais

En 1533, Rabelais et Salmon Macrin sont à Lyon. Ils fréquentent Dolet et le poète Saint-Gelais. Salmon Macrin publiera en 1537 une ode en l'honneur de Rabelais.

Pierre du Chastel

Les trois livres des Odes de1546 sont dédiés à Pierre du Chastel ou Chatellain avec lequel Salmon Macrin avait fait connaissance à Paris en 1528.

Pierre du Chastel succéda à Guillaume Budé comme Maître de la Librairie du Roi. Il connaissait particulièrement bien le Latin et le Grec et appréciait la poésie de Salmon Macrin. Sans oublier que Pierre du Chastel fut évêque de Tulle,  de Mâcon, puis d'Orléans et Grand Aumônier de France.

Michel de l'Hospital

Malgré sa prise de position pour l'usage de la langue française que nous avons signalée plus haut, Michel de L'Hospital avait fait l'éloge de Salmon Macrin qui écrivait en Latin. Il faut y voir déjà l'ouverture d'esprit de celui, qui devenu chancelier de France, essaiera vainement malgré son autorité et son prestige, de réconcilier catholiques et protestants pendant les guerres de Religion ? On ne lourera jamais assez le rôle de ces hommes qui cherchèrent à éviter les guerres.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Célébrités régionales .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2007-12-26 - 11:30:10

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!