A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Théophraste Renaudot (1586-1653)
Théophraste Renaudot, inventeur de la presse à grand tirage
par Jean-Claude Raymond


Introduction

Portrait de Théophraste Renaudot provenant du poutour d'une carte ancienne de la Vienne

Gravure en pourtour d'une carte de la Vienne,
Migeon imprimeur, Paris, sans date.

Théophraste Renaudot est principalement connu pour être l'introducteur du premier journal de grande diffusion en France, le créateur du Bureau d'Adresse et de ses extensions qui peuventt être considérés comme

  • une agence de placement,
  • un service d'aide juridique,
  • un dispensaire.

Soutenu et apprécié par Richelieu, il put développer ses innocentes inventions qui ne furent pas du goût de ses confrères parisiens. Contrairement à son protecteur qui s'est toujours montré intraitable (voir le procès d'Urbain Grandier). Théophraste Renaudot a consacré sa vie à essayer d'améliorer la vie des plus humbles et permettre le développement du savoir.

Loudun et Théophraste Renaudot

Statue de Renaudot devant la mairie de Loudun (France-Vienne)

Statue de Théophraste Renaudot
située devant l'hôtel de ville de Loudun.

La photographie à gauche représente la nouvelle statue qui remplace celle qui fut fondue pendant l'occupation allemande.

Une des inscriptions de la nouvelle statue de Renaudot à Loudun (France-Vienne)

L'ancienne statue fut érigée probablement en mai 1894 comme le relate le Journal de Loudun en date du 1894-05-20.
« La statue de Renaudeau est en bronze un peu plus grande que nature. Le fondateur du journalisme est représenté debout, prenant des nouvelles sur son " livre du bureau d'adresse " afin de les reporter sur sa Gazette qu'il tient de la main gauche. Dans la main droite est une plume. Théophraste Renaudot a les traits tourmentés et l'artiste n'a pas oublié " ce nez camus " tant raillé par Guy Hatin. Il est vêtu d'un costume du temps, sur ses épaules, un manteau est négligemment jeté et retenu par un cordon. Le " registre d'adresse " est posé sur un pupitre de l'époque orné du serpent symbolique, buvant dans une coupe. Des inscriptions placées sur le piédestal disent les œuvres de Renaudot :

THÉOPHRASTE RENAUDOT
Conseiller, médecin ordinaire
Historiographe de Louis XIII
Ministre de la Charité publique
Né à Loudun en 1586

A droite, se lisent des phrases tirées des œuvres de Renaudot. A gauche, se trouve cette glorieuse nomenclature : laquo;

La France LUI DOIT LE JOURNAL
L'office de publicité et de renseignements
L'Hôtel des ventes
Et sous le nom de consultations charitables : pour les malades (ce que nous appelons aujourd'hui un dispensaire auquel il consacra toute sa fortune.)»

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

La Vie de Théophraste Renaudot

Sa Jeunesse

Préparation

Les Voyages

Ayant obtenu son doctorat à 19 ans, Th. Renaudot estimant qu'il n'avait pas assez d'autorité pour exercer la médecine, entreprent des voyages probablement en Italie et en Angleterre. Certaines au moins de ses « innocentes inventions » furent rencontrées au cours de ces voyages. En effet, un journal existait  en Italie valant une gazetta - une pièce de monnaie.

Le Retour à Loudun, rencontres, Traités des Pauvres

En 1609, il revint ensuite à Loudun, sa ville natale, s'y maria et exerça la médecine. À cette époque, se tenait un salon animé par un poète de langue latine, l'illustre Scévole de Sainte-Marthe, né et mort à Loudun. Il accueillait ce qui se faisait de mieux dans le monde culturel régional. Très ouvert Protestants et catholiques s'y cotoyaient sans aucun problème. Les discussions qui s'y déroulaient ont-elles préfiguré les Conférences que Renaudot organisera plus tard à Paris ? C'est en cette période que se rencontrèrent le pére Joseph qui résida à Lencloitre et allait souvent à Loudun, Richelieu qui s'était rétiré en son manoir de Coussay-en-Mirebalais et Renaudot..

Le 1er janvier 1623, Renaudot remet à Scévole de Sainte-Marthe un Traité des Pauvres, accompagné d'une épigraphe en vers latins à laquelle le grand Scévole répondit de la même manière et tout aussi élogieusement. Ce traité, malheureusement disparu, contenait-il uniquement les idées de Renaudot oubien était-il un programme d'actions résultant des rencontres entre le père Joseph et Richelieu ?

Ses Protecteurs

Le père Joseph, Richelieu et sous son influence Louis XIII devinrent les protecteurs permanents de Renaudot et lui permirent ses réalisations.

Malheureusement, la faculté de Paris et Guy Patin cherchèrent tous les prétextes pour empêcher Théophraste Renaudot de poursuivre sa tâche. Ils finirent par gagner après la mort de Richelieu, puis celle de Louis XIII peu après. Plus que l'utilisation de remèdes chimiques, les inventions de Renaudot qui soignait gratuitement les pauvres, qui fabriquait ses propres médicaments devait nuire aux intérêts pécuniaires de certaines corporations. Les doctes ennemis de Renaudot usèrent non seulement de tous les moyens juridiques à leur disposition ce qui est normal mais de calomnies, d'injures, se moquant de son physique, s'en prenant même à ses enfants, leur refusant sans la moindre raison le titre de docteur, pendant longtemps. Ayant eu la vérole ils comparaient son nez à 

                                             un fromage
Où sans respect la mite a fait ravage

L'Insulte, l'arme des esprits pauvres

Comme à toutes les époques, les opposants aux innovations n'ayant pas d'arguments valables utilisent tous les moyens. Par leur lutte vile et perdue d'avance, ils contribuent à montrer combien ils sont néfastes à la société et combien ceux auxquels ils s'attaquent avaient raison et doivent être considérés comme de grands esprits..

Renaudot continuait cependant à diriger la Gazette.


Lors de la première Fronde déjà malade, il suit la Cour à Saint-Germain-en-Laye. Pendant le temps de l'exode une feuille concurrente se développe. À son retour, il fait appel à la justice pour défendre ses droits, celle-ci lui fait sentir qu'il n'était pas de leur côté pendant la Fronde.

Séguier remplace Mazarin. Il est proche du Parlement et de la Faculté de Médecine. On supprime la pension de Commissaire général des pauvres à Théophraste Renaudot. On ne lui transmet plus les informations officielles de la France et de l'étranger.

Mais, lorsque la Cour prévoit un nouvelle exode à cause de la deuxième Fronde, Séguier lui propose la charge de Directeur des Imprimeries suivant la cour. Il refuse, reste à Paris tout en continuant à défendre le roi.

En 1651, veuf depuis longtemps, Renaudot se marie pour la troisième fois avec une femme beaucoup plus jeune que lui et demande bientôt la séparation et l'obtient.

Voici comment Loret, poète et chroniqueur rapporte cet épisode :

Il faut dire ici quelque mot
De Théophraste Renaudot.
Homme d'esprit et d'importance,
Et le grand gazetier de France,
Qui voulant au dieu des amours
Sacrifier ses derniers jours
Ayant des ans soixante et douze
Avoit pris une jeune épouze
Qui n'avoit pas valant cent francs,
Mais un beau corps et des plus blancs.
[...]
À la fin leurs communs parens
Ayant peur que leur différens,
Après leur amitié détruite,
Eussent une éternelle suite,
Ont jugé très fort à propos
Qu'il faloit mètre en repos
Si bien que par leur entremize
Les messieurs de la cour d'églyze
En ayant été fort priez,
Les ont enfin demariez.

Loret

La Muse historique

livre III, lettre XXXV, sept. 1652

Bien que frappé d'une nouvelle attaque qui le rend paralysé de tout un côté, il continue à diriger et rédiger des articles pour la Gazette.

Il meurt le 1653-10-25 d'une nouvelle attaque, dans sa 67e année. Il fut enterré à Saint-Germain-l'Auxerrois.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Descendance

La célébrité de cette famille commence avec Théophraste Reanudot, né à Loudun, en 1584, dans la maison qui porte son nom, rue Renaudot.

Théophraste Renaudot (fils) (? - 1672)

Sieur  de Boissemé, conseiller à la Cour des Monnaies, décédé en 1672. Il dirigea la Gazette après la mort de son père.

Eusèbe Renaudot (1613-1679) et ses fils Eusèbe (1646 - 1720) et François

Éléments biographiques

Isaac Renaudot (? - 1680)

Médecin mourut le 25 mai 1680.

Eusèbe Jacques Chaspoux arrière petit-fils de Théophraste Renaudot

Éléments biographiques

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Célébrités régionales .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2010-02-05 - 10:46:45

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!