A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Loudun par les textes
(France — Vienne)
par Jean-Claude Raymond


Présentation

La présentation des textes ci-dessous n'a pas pour but de faire le point sur des thèmes précis, par exemple l'histoire de Loudun dans le cas présent. Les connaissances évoluent et les textes présentés étant anciens vous y trouverez certaines informations obsolètes, voire des théories dépassées.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Le Loudunais

Louis Trincant

Le Loudunais,] petite province située dans le diocèse de Poitiers[,] contient unze lieues de long, que l'on compte depuis l'église du village de Saint-Cyr-en-Bourg, non loin de la ville de Saumur sur Loire en Anjou, jusqu'au confins de la chastellenie de Coussay, près la ville de Mirebeau, aussi en Anjou exclusivement. Quant à sa largeur, elle a cinq lieues au plus estroit, qui se comptent depuis  le bourg de Pas-de-Jeu sur Dive, à deux lieues de Thouars en Poitou, jusques au château de Marsay, situé à une lieue et demie de Chinon sur Vienne en Touraine. Mais en ces limites ne sont comprises quelques enclaves dans les marches communes d'Anjou et de Poitou.

Louis Trincant

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Loudun

Poèmes

Charles de Montes

Hymne au Pays loudunois

Fernande Germain

Le Loudun d'autrefois

A. Souché

« Il est bien sûr que Loudun est une des villes de France qui offre une fidèles image du passé. Restée ce qu'elle était il y a 300 ans, cette ville a conservé le fier et pittoresque caractère d'une cité féodale. Ses murailles toujours debout, ses créneaux, ses portes où l'on distingue les traces laissées pat les herses, attestent son ancienne puissance. Quand on pénètre dans ses rues étroites, tortueuses, niai pavées, on se croit égaré dans un autre âge. La plupart des maisons accolées sans ordre et sans symétrie, remontent bien à plusieurs siècles. » (1).

Faisons une courte promenade, au travers de nôtre vieille cité loudunaise : le passé local, le passé national, vont surgir à chaque pas.

A chaque détour de rue, à chaque monument usé par le temps, à chaque ruine, on croit voir rôder l'ombre des ancêtres, l'ombre des puissants seigneurs, des princes, des rois dont le nom est étroitement lié à l'histoire loudunaise, à l'histoire française.

Voici les ruines de la fière citadelle, une des plus puissantes de la France féodale et moyenâgeuse. Sur (cete butte qui commande toute la région environnante, les civilisations se sont succédé : elle servit, de refuge aux hommes de l'âge de pierre, puis de défense aux tribus gauloises : les gallo-romains y bâtirent les premières assises d'une solide forteresse ; ensuite Charlernagne, puis les grands Féodaux, et surtout Philippe-Auguste, en firent une place forte de premier ordre qui, plus d'une fois, décida des destinées du Poitou et du pays.

Richelieu, en démantelant le vieux château, abattit du même, coup le prestige militaire du vieux Loudun et prépara son déclin.

« Et seule au-dessus de toutes les ruines, reste toujours droite: et fière, sur le bleu du ciel, notre Tour Carrée, d'où l'ombre inquiète du grand Foulques-Nerra semble planer encore avec le fier vol et les cris des faucons. » Sur l'emplacement de la glorieuse Tour-Maîtresse élevée par Philippe-Auguste fut plantée en 1760 la promenade actuelle du château. Là, fut pendant plus de trente siècles le centre de toute lu région, le vrai cœur du Loudunais : « Là, commandaient les vieux Brenns gaulois, sous l'égide de leur dieu Lug ; sur cette forte colline, les Romains, Charlemagne, Philippe-Auguste et les rois angevins de Sicile ont jadis plante les bases de leurs bastions et de leurs palais ; de la Jaille et nos chevaliers d'autrefois, défenseurs héroïques de l'indépendance nationale, ont opposé l'acier de  leurs poitrines  aux haches d'armes anglaises. » (2).

Tout près, voici quelques vestiges de l'enceinte de la ville avec la porte duMartray et ses deux tourelles qui portent la trace des biscaïens anglais.

Front baissé, l'âme pleine de tout ce passé, on s'attarde parmi ces ruines vivantes…

A. Souché

in Loudun et les Pays loudunais et mirebalais

1927

Note

  1. Docteur Legué, Urbain Grandier, p. 1, Charpentier, Paris, 1884.
  2. Charbonneau-Lassay, Les Châteaux de Loudun.

Paul Joanne


Loudun, 4.615 h-, ch.-l. d'arr. »»—> Loudun, d'aspect pittoresque mais un peu triste, percé de rues tortueuses que bordent ça et là des maisons en bois des XVe et XVIe s. ou des hôtels en pierre, est dominé par un fort beau donjon[1] carré à contreforts (mon. hist.) du XIIe s., entouré d'une jolie promenade occupant l'emplacement de l'ancien château des comtes d'Anjou, construit sur des substructions encore apparentes : il reste de ce château, outre le donjon précité, un croisillon de la chapelle St-Léger, servant de musée archéologique, et quelques ruines du prieuré (de N.-D. du Château (XVe s.). — Porte du Martray, du XVe s., avec deux tours rondes, reste des remparts de la ville, — St-Pierre du Marché, église des XIVe, XVe s., avec un riche portail de la Renaissance. — St-Pierre du Martray, des XIVe et XVe s.; charmante crédence et tableau sur bois[2] (attribué par L. Palustre à Coppin Delf, peintre du roi René) du XVe s. — Ste-Croix, des XIIe, XVe et XVIe s., avec déambulatoire roman ; cette église sert aujourd'hui de marché.— Jolie salle capitulaire du XVe s., reste du couvent des Carmes. — Restes d'un hôpital du XVIe s. — Fort bel hospice du XVIIe s. — Statue de Théophraste Renaudot[4], par Alf. Charron, érigée en 1894.

Paul Joanne

in Géographie de la Vienne

1906

Note

  1. En fait il s'agit d'une tour de guet. Un donjon circulaire existait dont seules des traces des murs restent visibles.
  2. Vierge à l'enfant dans l'église du Martray.
  3. Depuis quelques années, elle a été transformée en salle d'exposition.
  4. La statue décrite ici a été enlevée par l'armée allemande pendant la Seconde-Guerre. Une nouvelle a été édifiée depuis.

Charbonneau-Lassay

Loudun à l'époque gauloise.

Un cri d'alarme descend-i1 du haut de la colline, provoqué par un messager ou par les signaux des buttes voisines, aussitôt, après avoir dissimulé de leur mieux les silos de provisions, les hommes partent avec les femmes et les enfants chargés de tous les objets mobiliers. Ils poussent devant eux les bêtes, et c'est une ascension hâtive et troublée vers le sommet protecteur, où l'on s'établit comme l'on peut, en attendant que le calme permette de réintégrer les^demeures d'en bas. Et ce spectarh
d'une population qui se réfugie là, pour échapper à l'envahisseur, se renouvellera jusqu'au plein moyen-âge, jusque ce que Loudun se soit ceinturé de ses bonnes et fortes murailles.

Charbonneau-Lassay

in Les Châteaux de Loudun


Scévole de Sainte-Marthe

Loudun « fertile aux beaux-esprits ».

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Loudun .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-01-08 - 21:52:32

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!