A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Personnages des romans de François Rabelais

par Jean-Claude Raymond

Agnostes

Agnostes signifie (le lecteur) participe à l'éducation du jeune Gargantua avec des méthodes originales, éventuellement surprenantes laissant peu de temps libre à son élève comme le montre le texte ci-dessous.

Après, en tel train d'estude le mit qu'il ne perdoit heure quelconques du jour : ainsi tout son temps consommait en lettres et honneste sçavoir.

S'esveillait doncques Gargentua environ quatre heures du matin. Cependant qu'on le frottoit, luy estoit leue quelque pagine de la divine Escripture haultement et clèrement, avec pronunciation compétente à la matière, et à ce estoit commis un jeune paige, natif de Basché; nommé Anagnostes. Selon le propos et argument de ceste leçon souventesfoys se adonnait à révérer, adorer, prier et supplier le bon Dieu, duquel la lecture monstroit la majesté et jugemens merveilleux. Puis allait ès lieux secrets faire excrétion des digestions naturelles. Là son précepteur répétoit ce qu'avait esté leu, lui exposant les points plus obscurs et difficiles .

Rabelais

in Gargantua, XXIII

Note
Basché se trouve sur la commune d'Assay dans le canton de Richelieu (France—Indre-et-Loire).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Anarche

Roi des Dipsodes, il envahit le royaume d'Utopie dont Gargantua, père de Pantagruel, est le roi. Pantagruel se porte au secours de son père et se rend en Dipsodie qui serait en Afrique du Sud. Anarche vaincu fut fait prisonnier par Panurge. On le marie avec une vieille marchande de lanternes. Anarche devint le plus gentil crieur de sauce verte d'Utopie.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Badebec

La pauvre Badebec, épouse de Gargantua n'eut que le temps d'enfanter Pantagruel et en mourut. Certains se demandent si la mère de Rabelais ne serait pas morte en mettant au monde François Rabelais

Bragmardo (Janotus)

Le plus ancien et le plus vénéré maître en la faculté. Les Parisiens firent appel à lui pour réclamer les cloches que Gargantua avait prises pour en faire des clochettes à sa jument.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Bridé (maître Jobelin)

Maître Jobelin Bridé,vieux tousseux, deuxième précepteur de Gargantua, également tenant de l'école scolastique, employa les mêmes méthodes que son prédécesseur Thubal Holopherne. Il réduisait l'enseignement à des exercices de mémoire.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Buinard

François Rabelais, trouva, dit-on, à Seuilly un jeune moine nommé Buinard, qui l'étonna par un sens droit et simple, un coeur inébranlable et un poing robuste, et dont il devait faire plus tard Frère Jean des Entommeurs en ajoutant certes beaucoup à la nature.

Couillatris

Couillatris - personnage de Rabelais

Couillatris le bûcheron

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Couillatris, pauvre villageois, né à Gravot près de Chinon, bûcheron de son état gagnait péniblement sa vie lorsqu'il perdit sa hache, ce qui le privait de son gagne pain.

Il implora si fort Jupiter que … voir le prologue du Quart Livre.

De son temps estoit ung paovre homme villageois natif de Gravot nommé Couilatris, abateur & fendeur de bois, en en cestuy bas estat guaingnant cahin caha sa paovre vie. Advint qu'il perdit sa coingnée. Qui feut bien fasché & marry, ce feut-il. Car de sa coingnée dépendoit son bien & sa vie : par sa coingnée vivoit en honneur & reputation entre tous riches buscheteurs : sans coingnée mouroit de faim. La mort six jours apres le rencontrant sans coingnée, avecques son dail l'eust faulché & cerclé de ce monde.

En cestuy estrif commença crier, prier, implorer, invocquer Jupiter par oraisons moult disertes (comme vous sçavez que Necessité feut inventrice d'Eloquence,) levant la face vers les cieulx, les genoilz en terre, la teste nue, les bras haultz en l'aer, les doigts des mains escarquillez, disant à chascun refrain de ses suffraiges à haulte voix infatiguablement :

« Ma coingnée, Juppiter, ma coingnée, ma coingnée : Rien plus, ô Jupiter, que ma coingnée, ou deniers pour en achapter une aultre. Helas ! Ma paovre coingnée. Jupiter tenoit conseil sus certains urgens affaires, & lors opinoit la vieille Cybelle, ou bien le jeune & clair Phœbus, si voulez. Mais tant grande feut l'exclamation de Couillartis, qu'elle feut en grand effroy oüyre on plein conseil & consistoire des Dieux. Quel diable (demande Jupiter) est là bas, que hurle si horrificquement ? Vertus de Styx, n'avons-nous par cy-devant esté, presentement ne sommes nous assez icy à la decision empeschez de tant d'affaires controvers & d'importance ?

[…] 

Ores feroit à sçavoir quelle espèce de Coingnée demande ce criart de Couillatris. A ces mots tous les vénérables Dieux & Deesses s'eclatarent de rire, comme ung microcosme de mousches. Vulcan, avecques sa jambe torte en feit vour l'amour de s'amie trois ou quatre beaux saults en platte forme. ça, ça, dist Iupiter à Mercure) descendez presentement là bas, & jetez és pieds de Couillartis trois coingnées : la sienne, une aultre d'or, & une tirce d'argent, massives, toutes d'ung qualibre. Luy ayant baillé l'option de choisir, s'il prend la sienne et s'en contente, donnez luy les deux aultres. S'il prend aultre que la sienne, coupez luy la teste avecques la sienne propre. Et desormais ainsi faites à ces perdeurs de coingnées.

[…] Puis [Mercure] luy dit : Tu as assez crié pour boire. Tes prieres sont exaulcées de Jupiter. Reguarde laquelle de ces trois est ta coingnée, & l'emporte. Couillatris sublieve la coingnée d'or : il la reguarde : & la trouve bien poisante : puis dict à Mercure : Marmes, ceste-ci n'est mie la mienne. Je n'en veulx grain. Aultant faict de la coingnée d'argent, & dict : non ceste-cy Je la vous quitte. Puis prend en main la coignée de bois ; il regarde au bout du manche : en icelluy recongnoit sa marque : & tressallant tout de joye, comme ung regnard qui rencontre poules esgarées, & soubsriant du bout du nez, dict : Merdigues, ceste-ci estoit mienne. Si me la voulez laisser, je vous sacrifieray ung bon & grand pot de laict tout fin couvert de belles fraieres aux Ides (c'est le quinziesme jour de May). Bon homme, dist Mercure, je te la laisse, prends-la. Et pource que tu as opté & souhaité mediocrité en matiere de coingnée, par le vueil de Jupiter ja te donne ces deux aultres. Tu as dequoy dorenavant te faire riche, Sois homme de bien. Couillatris courtoisement remercie Mercure : revere le grand Jupiter : coingnée anticque attache à sa ceincture de cuir : & s'en ceinct sus le cul comme Martin de Cambray.

Prologue de l'autheur du Quart Livre

Le texte ci-dessus est celui donné par Delarue, libraire-éditeur, Paris, sans mention de date. L'orthographe diffère de celle donnée dans les Œuvres complètes publiées dans la collection La Pléiade, sous le direction de Jacques Boulenger, Paris,1955.

Couillatris vendit à Chinon ces cognées précieuses. Avec l'argent il acheta animaux et terres. Ses voisins cherchèrent à savoir d'où lui venait cette richesse. Ils demandèrent à Jupiter de leur envoyer les haches qu'ils avaient prétendument perdues. D'autres empruntèrent pour acheter des haches pour l'occasion. D'autres encores vendirent leur épéée pour acheter des haches. Après avoir déclaré avoir perdu leur hache, choisir celle d'or et furent décapités par Mercure.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Notes lexicographiques 

  • Gravot, il existe un hameau dénommé Gravot à une trentaine de kilomètres à l'est d'Angers sur la D144. On peut penser que Rabelais y fait référence.
  • coingnée en français contemporain cognée.
  • dail : faux (outil du faucheur),voir aussi l'article La Langue de Rabelais et le parler Loudunais
  • cercler : sarcler = arracher, enlever d'un lieu en parlant d'herbes.
  • estrif : à rapprocher d'estré, (voir Commentaires de Le Duchat), dans le présent texte : dans ce moment embrassant,
  • suffraiges (pluriel)
    1. Au XVIe siècle, terme de liturgie catholique désignant les prières faites en certaines occasions à la fin des laudes et des vêpres pour commémorer les saints,
    2. Ce même mot désigne aussi au sens figuré des choses de peu de conséquence.
    Rabelais ne joue-t-il pas ici sur les deux sens pour signifier des prières adressées aux dieux pour une pécadille ?
  • achapter : acheter. Citation :
    permettons à tous marchandz jurez a l’estal de marchandise et mercerie, de y vandre esdictz jours, trocquer et achapter toutes sortes de marchandises licittes et permises par les ordonnances ; à tous grenetiers, de y vendre et achapter toutes sortes de grains dans un procès-verbal d’inauguration de foires et marchés à Montboyer (arrondissement d'Angoulême), le 1605-04-11.
  • marmes, sur mon âme (juron tourangeau) dans les Commentaires de Le Duchat merci de moi. Il nous semble que la signification tourangelle est la plus plausible.
  • merdigues, Mère Dieu (juron tourangeau). Le Duchat ne mentionne pas ce mot.
  • fraieres , fraises.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Couillatris pourquoi ce nom ?

Le Tricouillu, personnage sculté sur une maison du 16e siècle à Angers.La plupart du temps, les noms des personnages de Rabelais ont une signification, Grandgousier pour Grand Gosier, Gargamelle pour Grande Gamelle, Gargantua pour que Grand tu as (le gosier)… Celui de Couillatris a-t-il une signification ? Tout un chacun aura remarqué le mot couille ce qui ne surprendra pas les lecteurs habituels de Rabelais. Faut-il aller chercher plus loin ?

Il se trouve qu'à Angers, une maison datée du 16e siècle présente un personnage montrant son anatomie. Il a reçu le nom de Tricouillu. De Tricouillu à Tricouillis, puis Couillatris, il y a un lien de parenté. Cette maison était-elle déjà construite ou en cours de construction au moment où Rabelais se trouvait à Angers ? Pourquoi ce personnage sur une maison ? S'agissait-il d'un personnage légendaire local ?

Dans l'état actuel de nos connaissances, ce rapprochement n'est qu'une hypothèse. Si quelqu'un a la solution qu'il nous contacte.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Dindenault

Dindenault n'est autre que Bernard Palissy (travaux de Franck Rolland confirmés par Mme Huchon spécialiste de Rabelais).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Êchephron

Vieux gentilhomme et soldat aguerri qui ne partage pas l'optimisme de l'état-major de Picrochole.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Entommeurs (frère Jean des)

Le jeune moine de l'abbaye de Seuilly (Seuillé dans le texte) où Rabelais commença ses études, plutôt que de se joindre à la procession de ses collègues, prit le parti de défendre le clos de l'abbaye contre les soudards de Picrochole, au moyen du bâton et de la croix en bois de cormier.

Frère Jean des Entommeurs aurait été inspiré à Rabelais par un jeune moine nommé Buinard, rencontré lors de son séjour à Seuilly. Ce dernier était, dit-on, robuste, droit, simple mais homme de cœur [Fra 6].

Pour la contribution remarquable à la défense des États de Grandgousier, ce dernier fonda et dota une abbaye nommée Thélème dont le devise est : « Fais ce que voudras ». Chacun donc y était libre de faire ce qu'il voulait.

Tous les commentaires que je connais rapprochent entommeur de entamure qui en français moderne serait entame. Cette explication est certes intéressante mais me laissait insatisfait car mon grand-père paternel utilisait  entomer pour entamer. Mais, l'utilisation de ce mot avait un sens spécial. Il ne l'utilisait qu'au moment d'entamer un nouveau plat, un nouveau pain et souvent sous forme de question adressée à ma mère qui préparait les repas comme si le fait d'entomer précipitait par avance la fin du met. En appliquant cette idée sous-jacente à frère Jean, il est celui qui se permet d'entomer donc de lancer des actions inconsidérées sans tenir compte des autres. Je viens de découvrir sur le blog des correcteurs du journal Le monde que le mot entamure sous-tend l'idée de souiller et de porter atteinte. Ce sens proviendrait des origines latines du mot entamure, en particulier du verbe latin intamire = porter atteinte, souiller.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Épistémon

Épistémon eut la tête tranchée lors de la bataille de Pantagruel contre Loup-Garou et ses géants. Panurge sut remettre la tête en place et user d'un onguent qui redonnèrent vie à Épistémon.Il regrette d'avoir été si tôt ramené à la vie et ainsi d'être privé du spectacle de l'enfer.

Ce dernier raconte ce qu'il a vu en enfer. Les damnés ne sont pas si mal traités. Mais les grands personnages y sont occupés à des tâches secondaires. Cléopâtre vend des oignons, Alexandre le Grand y est cordonnier, Démosthène simple vigneron. Ulysse faucheur pour ne parler que des plus connus.  L'enfer n'y est donc qu'un monde à l'envers. Le monde à l'envers est le mécanisme du carnaval. Le fou devient roi, le peuple y devient puissant.

Ne faut-il pas en déduire que c'est lorsque Rabelais est le plus hors de l'ordinaire qu'il se veut le plus profond ? Ce serait probablement trop réducteur. Rabelais reprend ici le thème de la Nékyomancie de Lucien.  Les hommes puissants sont de simples hommes éventuellement des esclaves. Phlippe de Macédoine y répare de vieilles savates.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Eudémon

Précepteur de Gargantua avec qui il se rendit à Paris pour y étudier.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Forgier

Berger de son état, Forgier, bien honneste homme de sa personne et notable bachelier, apparaît dans le chapitre XXIV du Gargantua, Les bergers demandèrent aux fouassiers de Lerné de leur vendre des fouasses. Les fouassiers refusèrent et insultèrent même les bergers. Sous prétexte de lui vendre une fouasse, Marquet, grand bastionnier de la confrairie des fouaciers, invite Forgier à s'approcher mais comme celui-ci s'approche de lui préparant son argent, Marquet lui assène un coup de fouet. Forgier tombe, à terre, il hurle et alerte les gens alentour. Une bagarre s'ensuit et fait fuir les fouassiers. Ainsi, débuta la guerre Picrocholine.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Gallet (Ulrich)

Maître des requêtes chez Grandgousier, il est chargé par ce dernier de s'enquérir des causes de la guerre déclarée par Picrochole.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Gargamelle

Fille du roy des Parpaillos, épouse de Grangousier, elle enfanta Gargantua. Gargamelle signifierait grand'gamelle. Quand on enfante des géants, il faut assurer l'intendance !

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Gargantua

Timbre représentant Gargantua à Paris

Gargantua à Paris

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Origine du nom Gargantua

Le bon homme Grandgousier, beuvant et se rigollant avecques les autres, entendit le cry horrible que son filz avait faict entrant en lumière de ce monde, quand il brasmoit, demandant : «A boyre ! à boyre ! à boyre ! » Dont ol dist : « Que grand tuas ! » (supple le gousier). Ce que ouyans, les assistans dirent que vrayment il debvoit avoir pour ce le nom de Gargantua, puisque telle avoit esté la première parolle de son père à sa naissance, à l'imitation et exemple des anciens Hébreux. A quoy fut condescendu par iceluy, et pleut très bien à sa mère. Et, pour l'appaiser, luy donnèrent à boyre à tyre larigot, et feut porté sus les fonts et là baptisé, comme est lacoustume des bons christiens.

Rabelais - Œuvres complètes (1955)

Gargantua,
Comment le nom fut imposé à Gargantua et comment il humoit le piot,
chapitre VII,

La Pléiade, pages 24-25

Gargantua est roi d'Uthopie.

Gargantua dans les traditions populaires

Dans le texte fourni dans la Bibliothèque de la Pléiade Rabelais - Œuvres complètes (1955) que nous avons donné ci-dessous, au nom de Gargantua est attachée une note qui indique : 

Gargantua était un géant, héros des traditions populaires, dont Rabelais reprit le nom afin de faire bénéficier son livre de sa popularité.. On trouve le nom cité dès 1471 dans un registre de comptes de l'évêque de Limoges. Il signifie  gorge, c'est-à-dire goinfre, et correspond à Grandgousier.

Rabelais - Œuvres complètes (1955)

Gargantua,
Comment le nom fut imposé à Gargantua et comment il humoit le piot, chapitre VII,

La Pléiade, page 25, note  2

Une origine bretonne pourquoi pas ?

Hervé Abalain, auteur de Noms de famille bretons, Les Universels Gisserot, lorqu'ils étudient le nom Gargadennec qui signifie goulu en breton font un rapprochement avec Grandgousier, le père de Gargantua.

En conclusion

On imagine facilement Rabelais jouant à trois niveaux sur les mots, en partant de Grangousier s'amusant à en donner la traduction en langue bretonne, puis continuant en donnant une explication bien française par homophonie et bouclant ainsi la boucle. On est certain ainsi que Gargantua est bien le fils de Grandgousier dont il reçoit les attributs principaux. La double preuve de paternité ainsi assénée par Rabelais est-elle si éloignée des intentions d'Alain dans Propos sur le bonheur, au chapitre Bucéphalesi ma mémoire (de plus 40 ans) est bonne,  montrant la nourrice reconnaissant chez le bébé qui pleure les traits de caractère de son père, alors que simplement une épingle de nourrice le blesse ?

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Grangousier

Grangousier est le père de Gargantua. François Rabelais pourrait s'être inspiré des scènes de son enfance. Et les traits de Grangousier pourraient être empruntés à ceux d'Antoine Rabelais, son père.

D'ailleurs, le Grangousier du roman, s'il est roi, se comporte comme un personnage respecté, hors du besoin, mais pas plus. Il mène une vie simple en famille, sans cour - simple notable. On sait qu'Antoine était licencié ès lettres, conseiller et avocat au siège de Chinon.

Si Grangousier est géant, tout adulte n'est-il pas géant, capable de soulever l'enfant dans les airs sans effort apparent ?

Grangousier provient de grand gosier. Là se profile la verve de Rabelais. Ainsi, les géants de Rabelais ont-ils un organe qui leur permet de manger et bien boire. Mais à une époque où la nourriture n'était pas abondante, décrire des géants qui pouvaient manger et boire plus que de besoin est-il plus curieux que ces romans ou films actuels dont les héros possèdent des voitures puissantes, des appartements luxueux et mettent dans leur lit des créatures de rêves. Chaque époque a ses rêves.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Gymnaste

L'ecuyer Gymnaste, jeune gentilhomme tourangeau, maître d'équitation de Gargantua et d'Eudémon. (Gargantua, XXIII).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Holopherne (Tubal)

Grand docteur en théologie, premier précepteur de Gargantua, tenant de l'école scolastique. Il mourrut rapidement et fut remplacé par Maître Jobelin Bridé.
Au bout de 50 ans, Tubal Holopherne et Jobelin Bridé : « vieux tousseux » sont arrivés à rendre Gargantua « fou, niais, tout rêveux et rassoté. »
(rassoté = sot).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Loup-Garou

Capitaine d'Anarche, envahisseur d'Utopie, royaume de Gargantua, avait une massue pesant mille sept cents quintaux et deux quarterons. En bout, elle posédait treize pointes de diamant toutes plus grosses que la plus grosse cloche de Notre-Dame. Pantagruel vint à bout de Loup-Garou et de ses géants.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Marquet

Marquet, grand bastonnier de la confrairie  des fouaciers, donna un coup de fouet au berger Forgier qui lui tendait une pièce pour avoir une fouasse. Forgier atteint de son bâton la tête de Marquet qui tombe sous sa jument. Les fouassiers allèrent se plaindre à leur roi Picrochole. Tel fut le prétexte et point de départ de la Guerre picrocholine.

Marquet n'est semble-t-il pas un nom choisi au hasard. La femme de Gaucher de Sainte-Marthe, prototype de Picrochole s'appelait Marie Marquet. Son père , Michel Marquet, écuyer, seigneur de la Bedouère, était secrétaire  du roi en 1489 et reveveur général de la Touraine (note de la page 80 extraite des Œuvres complètes de Rabelais à la Pléiade, 1955). La famille Sainte-Marthe est une famille influente dans la région, le plus connu est Scévole de Sainte-Marthe, poète néo-latin.

Pantagruel

Fils de Gargantua et de Badebec. Géant de son état.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Panurge

Mais voici venir un personnage intéressant à connaître, car c'est un abrégé de l'humanité. Il a de grands besoins, il est ingénieux, naturellement pervers, sociable, et son âme est inquiète. ? C'est Panurge. Pantagruel le rencontra par aventure sur le pont de Charenton, en piteux équipage et à demi mort de faim. Panurge lui demanda l'aumône en arabe, en italien, en anglais, en basque, en bas-breton, en vieil hollandais, en espagnol, en danois, en hébreu, en grec, en latin et en bas-allemand, avant de la demander en français. On pourrait y découvrir la sottise des gens d'esprit qui veullent tout compliquer. C'est plutôt une fantaisie sans conséquence du bon Rabelais qui s'amuse. Avouons qu'il s'amuse ici un peu étourdiment, puisqu'il nous montre ce studieux et docte Pantagruel n'entendant pas le latin de Panurge qui pourtant est assez bon. Mais il fallait faire passer toutes les langues connues ou inconnues avant la française et maternelle que Panurge parle excellement, car il a été nourri jeune au jardin de France. C'est Touraine !

Anatole France

Rabelais

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Picrochole

Roi de Lerné, comme suite à l'incident des fouaces, il déclare la guerre à son voisin Grandgousier. Ses plans prévoient d'envahir la terre entière. Il refuse les envoyés de Grandgousier qui veut négocier la paix.

Les commentateurs de l'œuvre de Fançois Rabelais ont cherché, cherchent à savoir quels personnages se cachent derrière ses héros.

Voici trois hypothèses courantes :

Picrochole serait Gaucher de Sainte-Marthe ?

Les livres scolaires (XVIe siècle, Collection littéraire Lagarde et Michard, Bordas, Paris, 1963) enseignent que Rabelais "transpose dans le mode héroï-comique l'histoire du procès qui, peu avant le Gargantua, venait d'opposer Gaucher de Sainte-Marthe (Picrochole), seigneur de Lerné, à son voisin Antoine Rabelais (père de l'écrivain), parlant comme avocat au nom des bourgades qui, dans le roman, sont alliées de Grandgousier. Gaucher de Sainte-Marthe était accusé de gêner la navigation sur la Loire par des pêcheurs installés en amont de Saumur." On ne peut pas écarter cette hypothèse. Mais François Rabelais a très souvent replacer les aventures de ces héros dans les lieux authentiques qui pouvaient être connus ou retrouvés par ces lecteurs. Il organise ainsi une sorte de va-et-vient entre la réalité et la fiction, entre une action imaginaire et une géographie réelle. Est-ce le moyen pour lui de laisser supposer qu'il en est de même lorsqu'il exprime ses idées. On remarquera que l'édition de 1985 ne mentionne pas cette anecdote (XVIe siècle, Collection littéraire Lagarde et Michard, Bordas, Paris, 1985, ISBN 2-04-016209-7).

Picrochole serait Noël Béda ?

La question est posée par Jean Larmat dans son étude Picrochole est-il Noël Béda ? in Études rabelaisiennes, tome VIII, Champion, Slatkhine-Droz, 1969.

Le nom de Béda me fait penser au qualificatif que mon père nous attribuait lorsque nous soutenions des choses insoutenables et manifestement fausses. Il montrait par là sans nous réprimander qu'il ne croyait pas ce que nous lui racontions alors.

Bedâ mot désignant dans les parlers de notre région :

  • un niais, un dadais, un benêt, un sot, expression courant grand bedâ,
    (Vieux Parlers de la Vienne par R. Mineau et L. Racinoux, librairie ancienne, Le Bouquiniste, Poitiers, 1975,
  • mais aussi suivant les lieux, en Touraine en particulier, un ventripotent, un lourdaud (même origine que bedaine ou bedon),
  • dans le Gastinais, un verrat.

J'ai du mal à imaginer que Rabelais ne connaissait pas ces sens locaux  du terroir de son enfance. Il collait si bien à Béda dont les idées ne correspondaient pas à celles de Rabelais et qui de plus était ventripotent. Cela ne suffit pas à faire de Beda le prototype de Picrochole. En effet, l'œuvre de Rabelais s'étant attaqué au dogmatisme en général fut forcément adversaire de Noël Beda.

Picrochole serait Charles-Quint

Charles Quint fut ennemi de François Ier. Il peut donc ressembler à Picrochole. Toutefois, il faut remarquer que l'intelligence de Charles Quint fut bien supérieure à celle de Picrochole.

Commentaires

On peut penser que Picrochole est un peu de tous les trois à la fois. Tout écrivain puise dans sa propre expérience, sa propre histoire, la substance de ses écrits. D'un autre côté, Picrochole évoque aussi par certains côtés Hitler, d'une manière générale tout ceux qui pensent imposer leurs idées par les armes et étendre leurs possessions par la force. Picrochole est l'exemple type du héros sans sagesse partant à la conquête du monde. Le monde est peuplé de héros de ce type. Il est bien dommage que nos livres d'histoires fassent la part belle aux guerriers.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Ponocrates

Ponocrates (en grec dur à la fatigue), le troisème précepteur de Gargantua est un jeune savant. Il accompagne Gargantua et Eudémon son élève à Paris pour y étudier. Il est un pédagogue moderne qui reprend en main le jeune Gargantua après les méfaits de l'éducation infligée Par Tubal Holopherne et Jobelin Bridé.

Le programme de Ponocrates débute tôt le matin et ne laisse aucun moment de repos 
« … En tel train d'étude le mit qu'il ne perdait heure quelconque du jour, ains [mais] tout son temps consommait en lettre et honnête savoir. » Lire les chapitres XXIII et  XXIV du Gargantua.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Rondibilis

Rondibilis serait Guillaume Rondelet, étudiant à la faculté de Montpellier, entre 1529 et 1530, où Rabelais fut enseignant entre 1530 et 1531.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Trepelu

En disnant bailla les comissions, et feut par son édict constitué le seigneur Trepelu sus l'avant-garde, en laquelle furent contéz seize mille quatorze hacquebusiers, trente cinq mille et unze avanturiers.

Rabelais

in Gargantua, chapitre XXVI

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Tripet

Le capitaine Tripet de l'armée de Picrochole meurt lors de la bataille contre Gargantua.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Touquedillon

Capitaine chez Picrochole. Touquedillon signifiait fanfaron.

A l'artillerie fut commis le Grand Escuyer Toucquedillon, en laquelle feurent contées cens quatorze grosses pièces de bronze en canons, double canons, baselicz, serpentines, couleuvrines, bombardes, faulcons, passevolants, spiroles et autres pièces.

Rabelais

in Gargantua, chapitre XXVI

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Généalogie des géants de Rabelais

Gargamelle, fille du Roi des Parpaillos, épouse de Grangousier, enfante Gargantua.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article François Rabelais — Accueil .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2010-09-26 - 09:30:54

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!