A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Grégoire XIII
pape de 1572 à 1585
par Jean-Claude Raymond

Biographie

Portrait de Grégoire XIII

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

La terre du Bois-Rogues, à Rossay, aux portes de Loudun, est célèbre dans les fastes du pays. C'est là que le duc de Milan, Maximilien Sforza, fut constitué prisonnier après la bataille de Marignan (1515) sous la garde de Gilles de Sanglier, qui en était alors propriétaire.

Les Seigneurs de Bois-Rogues avaient le droit de minage dans toute la ville et la banlieue de Loudun, excepté la veille de l'Exaltation de la Sainte Croix, le jour et le lendemain de cette fête.

Bonnecompagne, plus tard pape sous le nom de Grégoire XIII, naquit à Bois-Rogues et non à Milan. Il fut élevé dès le plus bas âge par des seigneurs milanais : de là l'erreur de ceux qui l'ont fait naître à Milan.

Comment expliquer ces rapports d'un enfant de Loudun avec des seigneurs milanais ? La clé du mystère est dans le séjour du duc de Milan à Bois-Rogues. Le jeune Bonnecompagne pouvait être fils d'un serviteur français de ce prince, ou fils d'un italien au service du prince, et né à Loudun pendant le séjour qu'y faisait la petite cour du duc, prisonnier d'État de François Ier .En tout cas, le jeune Bonnecompagne fit son éducation dans le Milanais, ce qui fit perdre sa trace en France. Il fallut plus tard son élévation à la tiare pour restituer la mémoire de sa naissance en terre loudunaise. Ce qui est certain, c'est que le nom de Bonnecompagne est du pays; nous l'avons retrouvé dans la liste des aumôniers de la maison de charité de Loudun, de 1758 à 1762. Il se rencontre une autre fois, dans le même siècle parmi les officiers subalternes du bailliage. François Le Proust, qui naquit au même siècle que Grégoire XIII, affirme le fait de la naissance de ce pape à Loudun et de son éducation à Milan. Il ne paraît pas sans preuve péremptoire (réf. Le Proust Histoire de la ville de Loudun et du Château, page 27).

Le pontificat de Grégoire XIII est remarquable par la réforme du calendrier Julien. L'erreur était considérable. Il fallait y remédier. Ce fut un médecin romain Aloisius Lilius qui proposa au pape la " métemptose" ou retranchement de 10 jours à l'année 1582, en sorte que Sainte Thérèse qui était morte le 4 octobre fut enterrée le lendemain de sa mort, qui était le 15. C'est ce que l'on a appelé la réforme du calendrier grégorien.

Dumoustier de Lafont reproche à ce pape d'avoir fait frapper une médaille commémorative de la Saint-Barthélémy.

Auguste-Louis Lerosey

Loudun

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Portrait de Grégoire XIII extrait de L'Abbesse de Castro in Chroniques italiennes de Stendhal

Après avoir écrit tant d'histoires tragiques, dit l'auteur du manuscrit florentin, je finirai par celle de toutes qui me fait le plus de peine à raconter. Je vais parler de cette fameuse abbesse du couvent de la Visitation à Castro, Hélène de Campireali, dont le procès et la mort donnèrent tant à parler à la haute société de Rome et de l'Italie? Déjà, vers 1555, les brigands régnaient dans les environs de Rome, les magistrats étaient vendus aux puissants. En l'année 1572 qui fut celle du procès, Grégoire XIII, Buoncompagni, monta sur le trône de Saint-Pierre. Ce saint pontife réunissait toutes les vertus apostoliques ; mais on a pu reprocher quelque faiblesse à son gouvernement civil : il ne put ni choisir des juges honnêtes ni réprimander les brigands ; il s'affligeait des crimes et ne savait pas les punir. Il lui semblait qu'en infligeant la peine de mort il prenait sur lui une responsabilité terrible. Le résultat de cette manière de voir fut de peupler d'un nombre presque infini de brigands les routes qui conduisent à la ville éternelle. »

Stendhal

L'Abbesse de Castro

Chroniques italiennes

Articles contenant des citations de Stendhal (Henri Beyle, dit) (1783-1842) ou des articles le concernant

Commentaires

Doit-on s'étonner du fait qu'un pape puisse penser qu'en infligeant la peine de mort « il prenait sur lui une responsabilité terrible ». Ce qui me gêne le plus c'est le discours de Stendhal qui poursuit « Le résultat de cette manière de voir fut de peupler d'un nombre presque infini de brigands... » comme si le peuplement de brigands était une conséquence immédiate et unique de la « manière de voir de Grégoire XIII ». Tel est le genre d'affirmations gratuites qu'on entend encore aujourd'hui à chaque fois que la question de la peine de mort est abordée.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

La mesure du temps et les calendriers

Tous les calendriers sont calculés en fonction de l'estimation de la durée de la révolution de la terre autour du soleil : l'année. Si la précision de cette estimation n'est pas bonne, l'année calendaire se décale par rapport à l'année réelle. Ce décalage s'accumule tous les ans et ainsi, les saisons finissent par être décalées par rapport aux dates des positions remarquables des planètes qui  rythment leur succession. De nos jours les années bisextiles permettent de rattrapper les décalages. En près de 1600 ans, le décalage avec le calendrier Julien avait atteint 10 jours. C'est ce rattrapage qui a été décidé par Grégoire XIII.

La seconde était définie comme une fraction (1/86400) du jour solaire moyen (intervalle de temps entre deux passages successifs du soleil au méridien d'un même lieu d'observation). Les observations astronomiques ont montré que la rotation de la terre n'est pas constante. En 1960, le calage sur le temps de rotation de la terre sur-elle-même a été abandonné.  Depuis 1967, la seconde est définie à partir d’une propriété quantique de l’atome de césium, offrant une précision bien meilleure à l’unité de mesure de temps. En 1967, la seconde reçut une nouvelle définition, lors de la 13 ème Conférence Générale des Poids et Mesures : la seconde est la durée de 9 162 631 770 périodes de radiation de la transition entre deux niveaux hyperfins d'énergie de l'état fondamental de l'atome de Césium 133. Eh ! Oui c'est comme ça.

Tout récemment, un rattrapage infime, une seconde, a été effectué lors du passage de 2005 à 2006. La dernière minute de l'année 2005 a compté 61 secondes. En effet, le temps de rotation de la terre sur elle-même diminue d'où cette dernière correction, complètement inaperçue pour le commun des mortels.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Célébrités régionales .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-09-24 - 07:59:29

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!