A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

François-Albert
Homme politique (1877-1933)
par Jean-Claude Raymond

Biographie

François Albert dit François-Albert est né à Bordeaux le 4 avril 1877 et est mort à Paris le  1933-11-23. Il est le fils d'un gardien de château à Béruges qui est proche de Poitiers.  Bien que né à Bordeaux, il appartenait à une vieille famille poitevine, en particulier attachée au village de Béruges, où il est enterré.

Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé des Lettres et licencié en droit, il se tourne très rapidement vers le journalisme, après avoir enseigné à Laon et à Paris. Il collabore à

  • l'Aurore de Clemenceau,
  • l'Homme libre de Clemenceau,
  • l'Œuvre,
  • La Dépêche de Toulouse,
  • la Revue politique et parlementaire,
  • La France de Bordeaux,
  • l'Ère nouvelle.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Mandats électifs

Principaux mandats électifs dont certains dans notre région :

  • maire de Béruges en 1908
  • conseiller général du canton de Vouillé dans la Vienne
  • sénateur de la Vienne de 1920 à 1927,
  • député des Deux-Sèvres de 1928 à 1933
  • ministre de L'Instruction publique et des Beaux-Arts, du 14 juin1924 au 17 avril 1925, pendant le premier cabinet d'Édouard Herriot,
  • ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, du 31 janvier au 25 octobre 1933, pendant le premier cabinet de Daladier.

Il fut le chef de file du Cartel des Gauches dans la Vienne. En juin 1932, à la présidence du groupe radical-socialiste il succéde à Édouard Herriot qui venait de prendre le pouvoir. Il est alors président de la Commission des affaires étrangères.

Son action

Le sénateur

Dès son arrivée, il est très actif et montre des qualités d'orateur. Il allie connaissance des problèmes à une verve et un mordant redoutables. A cause de sa petite taille, ses adversaires l'appelleront « le ministricule », il est un « débatteur » redouté.

Ses principales interventions sont :

  • son intervention pour le rétablissement des relations diplomatiques avec le Saint-Siège,
  • une proposition de résolution pour le transfert des cendres de Renan au Panthéon,
  • le rapport de la loi sur le mode d'élection des députés.

Le Ministre de l'Instruction publique

En 1924, Édouard Herriot l'appelle pour prendre le Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts. Ses principales actions sont : 

  • rétablissement de l'enseignement moderne dès la sixième, revenant sur un décret de Léon Bérard,
  • maintien du grec obligatoire à partir de la quatrième,
  • préparation de la gratuité de l'externat dans les collèges et les lycées publics.
  • Par contre, la nommination d'un professeur Georges Scelle du cartel des gauches à la faculté de droit de Paris provoque une forte agitation estudiantine, principalement le chahut du cours de ce professeur. Les critiques de Rabelais contre la Sorbonne étaient toujours valables ? On ne pouvait accepter un professeur d'une telle origine dans une telle faculté ! François-Albert accepte de faire investir, par la police, les bâtiments de l'université pour rétablir l'ordre. Le doyen M. Barthélémy qui s'opposait à cette opération est suspendu et la faculté fermée. Les manifestations d'étudiants se multiplièrent.

A la Chambre des députés, il y eut des bagarres. L'opposition manifeste son mécontentement et les Sénateurs réduisent son traitement de ministre de 100 francs ! Raillant sa petite taille, elle l'appelle le Ministricule.

A la démission du cabinet d'Herriot, François-Albert redevient sénateur, mais sera battu aux élections suivantes.

Le député de la circonscription de Melle (Deux-Sèvres)

En 1928, il est élu de justesse au premier tour. Il le sera de nouveau en 1932 avec une majorité plus grande.
À l'assemblée, il se distingue par de nombreuses participations aux débats :  

  • autorisation de congrégation et l'attribution de biens culturels,
  • accord relatif au remboursement des dettes de guerre,

 par des interventions :

  • il accuse M. Tardieu de contrecarrer en sous-main la politique d'Aristide Briand alors ministre des Affaires étrangères,
  • interpellation des gouvernements Laval et Tardieu sur leur composition et leur politique.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

A son décès

Il décède d'une grippe intestinale, le 23 novembre 1933. Son éloge funèbre fut prononcée par Fernand Bouisson, à la séance de la Chambre du 2 décembre 1933.  Il était chevalier de la Légion d'Honneur.

François-Albert avait au moins un fils (Didier, François, André, né le 19 février 1911) qui fut comme son père journaliste et homme politique.

(cf. le Dictionnaire des parlementaires français, tome I, page 350, par Jean Jolly).

Remerciements à la Société des Amis de Béruges qui m'ont fourni de la documentation sur François-Albert.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Anecdotes

Deux anecdotes, rapportées sur Aranei-Orbis, mettent en scène François-Albert, lors d'intervention dans le Loudunais. La première se passe au collège Guy Chauvet à Loudun. On y rencontre un personnage qui n'hésite pas à saisir l'occasion d'être l'auteur d'une plaisanterie (Éclairage au gaz par Jean-Claude Raymond),

La seconde montre l'intérêt de François-Albert pour le développement de l'école publique dans le moindre village (L'École de Crué par Hilaire Bouzon).

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Célébrités régionales .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2007-12-24 - 08:58:56

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!