A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Notre-Dame-de-Recouvrance
Loudun (France — Vienne)
par Jean-Claude Raymond

La Statue qui pleurait

Urbain Grandier n'avait pas beaucoup de considération pour les moines. Quelques fois, ceux-ci lui donnaient l'occasion de se moquer d'eux. Il prit plaisir à ridiculier les Carmes, dont la statue de Notre-Dame de Recouvrance ne faisait plus recette, concurencée par celle du même nom à Saumur, qui attirait les pélerins au détriment de celle de Loudun.

Les bons pères des Carmes de Loudun imaginèrent un stratagème pour donner un regain d'intérêt pour leur statue. Par providence, le mur derrière la statue donnait sur un jardin, un cep de vigne prenant appui sur ledit mur. Nos pères firent percer le mur derrière la statue, firent passer un rameau de la treille allant jusqu'aux yeux de la Vierge. D'après Histoire des Diables de Loudun, Amsterdam, 1716

Au printemps, il suffisait de couper la tige. Tous ceux qui ont taillé des ceps savent que la sève limpide et incolore se met à couler presque instantanément. Certains disent que la vigne pleure.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

La Confrérie de Notre-Dame-de-Recouvrance dans l'église des Carmes

Dès le XVe siècle, cette confrérie existait dans l'église des Carmes de Loudun [aujourd'hui église du Martray]. Des lettres d'indulgences sont accordées par frère Jacques de l'Ile, prieur des Carmes de Loudun, à « Nobilis Guido parrochie Dyane » qui avait payé la contribution fixée par les statuts de la confrérie de Notre-Dame de Recouvrance.

Une pièce manuscrite sur parchemin, du 12 mai 1472, revêtu d'un sceau qui porte cette légende : « S. Indulgenciarum apostolicum  Sancte Marie de Recuperancia » est conservée à la Bibliothèque nationale. (Réserve E 1137). La confrérie existait sous l'autorité des Carmes. L'administration des biens leur en était confiée comme la surveillance de l'autel et du mobilier, ainsi que la direction des fonctions ecclésiastiques qui se célébraient dans cette chapelle.

La confrérie avait ses ornements : le musée diocésain d'Angers possède une bourse de calice du XVIIe siècle, élégamment brodée en or sur soie rouge d'une croix et de rinceaux ; autour est écrit en majuscules : NOTRE-DAME DE RECOUVRANCE.

Auguste-Louis Lerosey

in Loudun

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Loudun .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-01-08 - 11:32:15

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!