A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

L'Père Mathurin
Conte
par Marie-Hélène Coupaye


L'Père Mathurin dans sa brouette dessin de Françoise Plumey

© 1998 - Françoise Plumey

Vers chez moi, y a toutes sortes de gens célèb'es. Tous les villages en comptent plusieurs. Si, Si, ils sont célèb'es...enfin, ils sont célèb'es dans leur village. C'est bin comme ça qu' ça commence la célébrité ! Chez moi, c'est l' père Mathurin, l'est jardinier. L' est pas bin dur à trouver. On prend la grand'route, pis la première à main droite et c'est la première maison du village. Mathurin l'est jardinier. Ah pis alors, c'est un sacré jardinier. Dès qu'on rentre dans son jardin, on l'voit tout d' suite. Les planches sont bin installées, tracées au carré.. Les raises bin alignées. On croirait qu' le prend son mètre pour qu'elles soient bin parallèles ! Ah pis attention ! L' père Mathurin l'est toujours avec son sicateur et sa berouette. Dès qu' y a une plante plus haute que les autres, hop à la berouette au fumier ; et une plus petite que les autres, hop à la berouette au fumier. Et pîs les branches qui virent à droite à la berouette au fumier et qui virent à gauche, à la berouette à fumier ! Dans le jardin à Mathurin, tout vient à point et à maturité en même temps. Les graines sont sélectionnées et les plants calibrés. Vous verriez le jardin à Mathurin, une vraie merveille. Mais vous savez bin, les gens comme Mathurin qu 'aiment bin qu' tout soit « bin comme faut » comme on dit chez moi. Eh bin ! Faut bin qu' l' s' défoule un p'tit. Et Mathurin, l'était pas original, l' allait au café et pis là, l'en prenait iune qu' c'était pas la moitié d'iune... J' sais pas si vous voyez bin c' que veux dire. L' avait juste la force d'attraper la poignée d' la porte du café, pis l' tombait dans la berouette. Paf, recta. O faisait pas d' plis ! Et le premier bon gars qui passait par là le ramenait chez li. Alors, comme ça les gens du village qui aimaient bin inventer do chansons chantaient :

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain.
L' père Mathurin n'a plus d'sabots

Il en aura. Il en aura pas (bis)

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain


Le premier matin d' mon histoire, l' père Mathurin arrive dans son jardin avec son sicateur et sa berouette. Pis ce matin là, l' est content d' li. Dans son jardin, l' père Mathurin, l' faisait qu' do légumes, sauf une planche de fieurs pour sa bonne femme. Faut bin leur faire plaisir, de temps en temps aux bonnes femmes ! Alors, l' mettait do fieurs ; mais l' faisait pas comme on voit dans les r'vues de jardinage. Ça s'appelle do mixed borders. Vous savez quand on mélange do fieurs de toutes les couleurs et pis de toutes les hauteurs. Non, li, l'avait semé do pensées - jaunes. Un point c'est tout. C' matin là, l'était content, elles devaient toutes éclore en même temps. Pis tchi qu' le voit en s'approchant de son carré de pensées ? Là, au beau milieu, y en avait iune qu'était pus haute que les autres et pis rouge... rouge vif ! L'en avait jamais vue d' comme ça. Des affaires qu' l' connaissait pas, ol avait pas le droit d'exister. Ah mais, non ! L' saute au milieu de son carré de pensées avec son sicateur - et crac l' coupe c' te pensée rouge. Oh bin, y a bin tcheuques pensées jaunes qu'on souffert un p'tit, mais comme l' disait tout l' temps quand on veut tcheuque chose faut pas hésiter, faut aller jusqu'au bout ! À c' moment là, l' entend une petite voix qui dit : « Père Mathurin, pourquoi tu l'as coupée, la fleur rouge, c'était tellement beau, cette belle fleur rouge au milieu des jaunes ? » L' se tourne. Chi qu' l' voit ? Une p'tite drollière. On allait tout d' même pas s'occuper de c' que disent les drollière à c' t' heure. Enfin, c' t' affaire là, ça y a beurdaqué toute la journée dans la tête. C' qui fait qu' le soir, l'a été au café. Et pis l'en a pris iune, qu' c'était pas la moitié d'iune. J' sais pas si vous voyez bin c' que j' veux dire ? L'a eu juste la force d'attraper la poignée de la porte du café. Pis l'est tombé dans sa berouette. Paf. Recta. Ol a pas fait de plis. Ol a pas dérangé les gens du pays qu'ont chanté :

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain.
L' père Mathurin n'a plus d'sabots

Il en aura. Il en aura pas (bis)

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain

L'deuxième matin de mon histoire, quand l' père Mathurin est arrivé dans son jardin, avec son sicateur et sa berouette, o l'avait l'air normal. Mais au fur et à mesure qu' l' s'approchait d' son carré d' pensées, l'a commencé à sentir do affaires…Ça sentait pas l' lys, pas la rose , ni l' lilas. Non, non, o sentait do affaires qu' l' connaissait pas. Pis en s'approchant d' son carré d' pensées, l'a vu qu'y en avait qu'étaient pus hautes que les autres, qu'avaient do feuilles carrées, rectangulaires ou bin j' n' sais pas qui encore. Eh bin, c'était ielles qui sentaient do affaires qu 'l' connaissait pas. Ol avait pas le droit d'exister. Ah ! Mais non ! L'a pris sa fourche, l'a sauté au milieu d' son carré d' pensées. L'a arraché toutes les pensées qu'étaient pas comme les autres. L'a fait l'ouvrage en peu d' temps. L'était content d' li. A c' moment là , l' entend une voix qui dit : « Bin, père Mathurin, pourquoi les avez-vous arrachées, ces fieurs qui sentaient si bon. C'était tellement agréable ! » Le se r'tourne - une femme ! Bin, on allait tout d' même pas s'occuper de c' que disent les femmes à c' t' heure !Tout d' même ! Enfin, c' t' affaire là, ça y a beurdaqué toute la journée dans la tête. C' qui fait qu' le soir, l'a été au café. Et pis l'en a pris iune, qu' c'était pas la moitié d'iune. J' sais pas si vous voyez bin c' que j' veux dire ? l'a eu juste la force d'attraper la poignée d' la porte du café. Pis l'est tombé dans sa berouette. Paf. Recta. Ol a pas fait d' plis. Ol a pas dérangé les gens du pays qu'ont chanté :

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain.
L' père Mathurin n'a plus d 'chemise

Il en aura. Il en aura pas (bis)

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain

L'troisième matin d' mon histoire, quand l' père Mathurin l'est arrivé dans son jardin avec son sicateur et sa berouette, l'était pas vraiment, vraiment tranquille. Pis à mon avis, l'avait pas tort. Le commençait déjà à sentir do affaires qu' l' connaissait pas. Du plus loin qu' le voyait son carré d' pensées, l'en voyait bin qu'étaient pus hautes que les autres avec do feuilles carrées, rectangulaires et pis j' n' sais pas quoi encore. Bon, y en avait do jaunes - normal, do rouges -passons encore, mais y en avait do vertes, do violettes, do bleues, do dorées, do argentées, do transparentes. Ol avait pas le droit d'exister do affaires qu' l' connaissait pas. Ah ! mais non ! Le s'est dit qu' l' fallait qu' l' frappe fort ! L'a été chez son vouésin qu'avait une pelleteuse. Quand l'a été gruché su' c' t' affaire, le s'est senti costaud. J' sais pas si vous êtes jamais monté sur un engin d' même. Mais une fois qu'on est là-haut, on s' sent un homme. Nom de d' là ! L' père Mathurin s'est avancé vers son jardin. Bin l' portillon li l'avait pas été prévu pour çà. L'a ébouillé l' grillage et pis l' portillon. Le s'est avancé dans les allées du jardin. Bin dame, les allées... ielles, alles avaient pas été prévues pour une pelleteuse non pus. L'a ébouillé les carottes, les choux, les poireaux, les fraisiers ! Y avait un poirier qu'était là li. J' m' demande bin ce qui faisait là, tchi là. L'a ébouillé le poirier avec. L'a été jusqu'à son carré d' pensées. Pis là, l'a l'vé l' godet, pis le l'a laissé r'tomber, pis l'a commencé à ou gariller à droite, pis à gauche..., à droite... à gauche. Ah bé dame, l'a fait d' l'ouvrage en peu d' temps, c'est moi qui vous l' dit. O y avait plus d' pensées d' toutes les couleurs. O y avait pus rin. O y avait pus qu'un trou ! L'est descendu d' coul engin, l'était content d' li. A c'moment là, l'entend une voix qui disait : « Bin, mon pauv' Mathurin, y cré qu' t' es complètement fou à matin. Je n' sais pas c' qui t'est passé par la tête. Pour qui qu' tu prends donc ? C'est y qu' tu t' prendrais pour l' Bon Dieu, par hasard pour décider d' tchi qui doit pousser su' c' te terre ou bin tchi qui doit pas y pousser ? Y se r'tourne - un homme ! O y a beurdaqué un grand coup dans la tête et pis l'est tombé dans l' godet d' la pelleteuse. Eh bin, o l'est comme ça qu' l'est rentré chez li, c' jour là ! Mais, ol' a pas dérangé les gens du pays.

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain.
L' père Mathurin n'a plus d' tchulotte

Il en aura. Il en aura pas (bis)

Et, roulons l' père Mathurin
Roulons le dans sa berouette
Roulons l' père Mathurin
Roulons le jusqu'à demain

J'peux vous dire qu'à partir de c' jour-là, l' père Mathurin l'a hésité un moment quand qu' l' a dû arracher une affaire qu' l' connaissait pas. C' qui fait qu' les allées alles ont commencé à être tout d' travers, à faire do détours, do contours. Alors l'a commencé à chercher pour savoir c' que c'était qu' tout ça qui poussait dans son jardin. L'a fait do études de botanique, l'a fait v'ni do graines de tous les coins du monde, d'Afrique, d'Asie et même d'Océanie. Vous verriez le jardin à Mathurin. Anuit, ol est une vraie merveille, on n'en a jamais vue d' pareil ailleurs. Alors, si vous passez par là, ratez pas l'occasion, allez voir le jardin à Mathurin.

© Marie-Hélène Coupaye

publié depuis dans Gens de chez moi,1986-1987.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Terroir .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-01-09 - 15:11:38

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!