A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Chansons de mon enfance
par Fernande Germain
par Jean-Claude Raymond

Table des matières


Présentation

Année 1930, passé encore proche et pourtant qui s'estompe et s'efface. Grâce à la mémoire de Fernande Germain et sa coopération dynamique à Aranei-Orbis. Retrouvons ces paroles que nous pourrions oublier à jamais sauf dans les livres des érudits et l'atmosphère de toute une époque. Fernande Germain ayant passé son enfance dans le Loudunais, ces chansons sont aussi le témoignage de ce qui se chantait dans cette région.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Bébé fait du cinématographe

Avec papa j'étais allé
Voir un spectacle magnifique,
Sous mes yeux avait défilé
Un film on ne peut plus comique.
Or, de retour du cinéma,
Je résolus de reproduire
Pour égayer ma tante Irma
Ce qui nous avait tant fait rire.

Je pris alors dans le buffet
Une haute pile d'assiettes
Si lourde que j'eus bientôt fait
De la réduire en mille miettes.
Sur l'heure, en poussant les hauts cris,
Je vis accourir bonne tante
Et je constatais fort surpris
Qu'elle était loin d'être contente.

Bah ! Elle va rire aux éclats
Dans une minute, me dis-je,
Patience, et prenant les plats
Je leur fis faire la voltige.
Je pris ensuite les raviers,
Les soucoupes et la saucière,
Les tasses et les légumiers
Que je flanquais sur la soupière.

Tante ne riait toujours pas
Quand j'eus cassé tout les service,
Tante, admire ton petit gars
Dis-je en m'élançant de l'office
Ris donc, ris à ton petit fou,
C'est le cinéma qu'il imite,
Et prenant la chat par le cou
Je le plongeai dans la marmite.

Après avoir bouché l'évier
Je fis couler l'eau sur la pierre,
Notre appartement tout entier
Bientôt devint une rivière,
Après avoir fait monter l’eau
Pour bateau je pris la bassine,
Pour rame un balai de bouleau
Et naviguais dans la cuisine.

Non sans mouiller mon pantalon
À bord de mon transatlantique
Je naviguai jusqu'au salon
Là, connaissant la gymnastique,
Après avoir pris mon élan,
D'un bond je sautai dans le lustre
J'avais l'air d'un monoplan
Tel un aviateur illustre.

Mais papa juste à ce moment
Surgit, la mine courroucée,
D'un geste il me cueille et comment
Il m'administre la fessée.
Je dis, pendant que ses cinq doigts
Sur mes reins posaient leurs paraphes,
Pour sûr, c'est la dernière fois
Que je fais du cinématographe.

Le P'tit Christophe

C'était un jour qu'il faisait beau
J'allais me promener sur l'eau
J'ai rencontré le p'tit Christophe
Avec son bel habit d'étoffe
Et son joli chapeau
Garni d'un beau ruban ponceau ponceau* (bis)

Je lui dis Christophe mon ami
Où vas-tu donc si joli
Il me répond, levant la tête,
C'est que je m'en vais à la fête
À la fête au hameau
Avec mon oncle Michelot (bis)

Ne voilà-t-il pas que son chien
Voulut se battre avec le mien
Le p'tit Christophe se mit en colère,
Leva la patte pour le faire taire
Mais il fit un faux pas
Voilà mon p'tit Christophe en bas (bis)

Quand il voulut se relever
Sur le nez il est tombé
Et devant toute la compagnie
Il a roulé dans la bouillie
Et son joli chapeau
Alla tomber dans le ruisseau (bis)

Je lui dis Christophe mon ami
C'est le bon Dieu qui t'a puni
Tu as voulu battre mon chien
La pauvre bête ne te faisait rien
T'as sali ton chapeau
Garni d'un beau ruban ponceau. (bis)

Note

* Ponceau couleur rouge comme le coquelicot qui porte aussi ce nom.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

La Chanson de Roland

Le noble Charles, roi des Francs
Avait passé monts et torrents
Restait l'arrière-garde
Ayant pour chef Roland-le-Preux
Voilà qu'il se hasarde
Au fond d'un val ténébreux.

Hélas, le traître Ganelon
A fait garder ce noir vallon
Car une armée immense
Descend soudain des pics voisins
La lutte à mort commence
Aux cris stridents des Sarrasins.

L'épée au poing, fier et sanglant,
Il crie aussi le bon Roland,
Il court dans la bataille
Jonchant de morts le sombre val,
Il frappe, il brise, il taille
Partout résonne Durandal.

Blessé trois fois, sire Olivier
Dit à Roland : «Beau chevalier,
«Là-bas est Charlemagne
«Sonnez vers lui, sonnez du cor,
«Sonnez vers la montagne»
Le bon Roland dit : «Pas encore».

Enfin percé de part en part
Roland sonna, c'était trop tard,
Autour de lui dans l'ombre
Râlaient les gens et les chevaux
Vaincu, mais par le nombre
Roland mourut à Roncevaux.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Biquette, Biquette

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Chansons .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2007-09-19 - 16:06:29

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!