A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

A propos des loups-garous et de la justice
texte d'Agrippa d'Aubigné (1552-1630)
par Jean-Claude Raymond

(…) Vous avez ouï dire comment, un an après la paix des dernières guerres civiles, Dieu frappa la plupart de la France d'un fléau que les Prophètes appellent la male bête. Cette plaie fut telle qu'elle fit périr plus de cent mille personnes en commençant entre Nantes et Angers, et s'étendant le long de Loire jusque dans le Gâtinois. Les loups venaient ravir les enfants et les filles jusque dans les chambres basses des maisons, et me souvient qu'étant allé en ce temps là à Mer, pour recevoir le revenu d'une petite terre qui s'appelle les Landes, la nièce de mon receveur, nommé le sieur Louat, âgé de treize à quatorze ans, allant quérir une salade, le corps demeura au jardin, et un loup en emporta la tête. Rien ne se défendait contre eux que les vaches. Je trouvai dans la forêt d'Orléans quelques bergers qui gardaient environ trois cents ouailles et tenaient les vaches aux avenues pour garder (comme ils me dirent) les brebis et eux-mêmes, et ne prenaient nul bétail à garder, si par le marché ils n'avaient trente ou quarante vaches pour corps de garde. Les officiers du Vendômois, qui n'est qu'un angle du pays, tinrent compte de six mille personnes mangées en huit mois : ce que je dis sur l'assurance de leur rapport.

Or le peuple courut quant et quant à l'opinion des loups-garous, et arriva auprès de Chemilly que l'on trouva assis dans un fossé un grand homme effroyable, les yeux hâves et furieux, et tel que l'Assesseur de Poitiers, qui condamnait les hommes aux mines, ne l'eût pas épargné. On lui trouva une main et la bouche samglantes. Il avait auprès de lui petit enfant duquel le ventre était mangé. On lui demande en le saisissant qui avait mangé cet enfant. Il répond que c'était lui. Mené à Angers entre les mains de la justice, et d'un Présidial auquel la cour de Parlement envoyait plus de causes qu'à aucun autre pour la bonne réputation des Juges du lieu, on l'enquit quelles autres personnes il avait mangées. Il en laissa fort peu de celles qui avaient été dévorées en tout le voisinage qu'il n'avouât être passées par ses dents, lorsqu'il était changé en loup, comme il lui arrivait fort souvent. (…) On dépêche Commissaires par tous les quartiers, pour informer de toutes les circonstances marquées en sa confession ; on ne trouva rien à contredire aux jours et aux heures, ni aux parties des personnes mangées ou restées. Il fut encore enquis de celles qu'il n'avait pas confessées, et desquelles il avoua la plupart. Voilà les Juges n'avoir plus à faire autre chose qu'à donner à ce malheureux une peine de laquelle l'exemple fût horrible à ses compagnons, et comme on ne cherchait plus qu'exquisita supplicia, le Lieutenant civil, nommé Giles Matras, plus digne des Sceaux que d'une charge subalterne, demanda à ses collègues qu'ils fissent une pause durant quelque interrogatoire qu'il voulait faire avec droit. Il interroge ainsi ce brutal : -- Viens-cà, dit-il, qui a mangé Pierre Hérault ? C'est moi, dit ce monstre. -- Et Giles Matras ? -- Moi aussi, dit-il. Le premier était le Lieutenant criminel qui présidait en la Compagnie, laquelle ayant reçu comme un coup de marteau d'étonnement, refit le procès et toutes les enquêtes par Commissaires mieux avisés. On trouva ce pauvre homme innocent de tout, et qui n'avait eu sang en sa bouche que celui que sa main y avait porté après avoir touché à l'enfant. Ce sont les Juges de cette Compagnie qui m'ont appris cela, étant mes Commissaires en quelque procès.

Agrippa d'Aubigné

Lettres sur diverses sciences,
«Â M. de La Rivière, premier médecin du Roi

1616


Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article A l'Écoute du terroir .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-09-08 - 06:36:54

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!