A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Le Tablier
Dialogue entre une grand-mère et sa petite fille
par Jean-Claude Raymond

La petite fille aime aller chez son arrière grand-mère qu'elle suit pas-à-pas et dont elle épie les gestes qui lui sont méconnus. Et l'arrière grand-mère est toute heureuse de raconter les scènes de la vie du temps où elle était jeune. Pour la petite fille tout lui semble aussi étrange que les contes des livres.

L'Arrière Grand-Mère
Nous avions de la famille qui habitait la ville. Elle venait nous voir de temps en temps pendant leurs congés, souvent sans prévenir, le dimanche. Lorsque nous avions de la visite, le facteur, des voisins, nous n'avions pas besoin de sonnette, nous entendions les chiens japper. Nous les êtres humains, dans la cour carrée entourée des dépendances de la ferme, nous n'entendions pas les bruits extérieurs. Les chiens nous avertissaient. Alors, une des femmes de la maison sortait sur le pas de la porte pour voir qui venait. Quelques instants plus tard, nous percevions le bruit d'un moteur, puis presque aussitôt nous voyons le capot de l'automobile s'avançant lentement pour passer le portail. Cela nous laissait le temps de replier notre tablier. Dans les fermes, les femmes portaient une blouse et par dessus un tablier.

La Petite fille
Dis, Grand-mère, pourquoi vous releviez votre tablier ?

L'Arrière Grand-Mère
Avec les travaux, au contact des animaux, ou à la cuisine avec la farine, les tabliers se salissaient vite. Aussi, quand il y avait de la visite, on prenait un coin du tablier, par exemple le gauche et on le remontait vers la droite et on l'accrochait à la ceinture. Ainsi, plié en deux en diagonale sur lui-même, seul son envers était visible et masquait l'endroit qui lui était resté sale.

Tu regarderas, il y a encore des bouchers et des charcutiers qui de nos jours font cela. Dans leur boutique, leur tablier se macule de sang. Quand ils ont besoin de sortir dans la rue, ils en remontent un coin. Le tablier paraît tout blanc.

La Petite fille
Vous aviez toujours des tabliers ?

L'Arrière Grand-mère
Oh, oui ! Il ne servait pas qu'à se protéger.

La Petite fille
À quoi donc ?

L'Arrière Grand-mère
Quand on écossait des petits pois…

La Petite fille
Qu'est-ce que ça veut dire écosser ?

L'Arrière Grand-mère
Les petits pois sont logés à plusieurs dans une sorte de petit sac qu'on appelle gousse. C'est la même chose avec les haricots secs qu'on nommait pois. On ouvre la gousse pour en extraire les petits pois ou les pois. Je disais donc quand on écossait les petits pois ou équeutait les haricots verts…

La Petite fille
Qu'est-ce que ça veut dire équeuter ?

L'Arrière Grand-mère
Tu as déjà mangé des haricots verts. Comme leur nom l'indique, ils sont verts, allongés. Mais quand tu les vois dans ton assiette, on leur a ôté la tige qui les relie à la plante et l'autre extrémité en forme de pointe effilée. Ces deux extrémités ne sont pas tendres et seraient désagréables à mâcher.

La Petite fille
Ah, bon ?

L'Arrière Grand-mère
Alors, on s'asseyait sur une chaise, on écartait un peu les jambes, on y aménageait un creux d'un revers de main et on y déposait les petits pois ou les haricots verts préparés. Quand la quantité était suffisante on prenait dans une main les deux coins du tablier qu'on relevait. Notre tablier formait une poche et nous servait alors de récipient pour aller jusqu'à la marmite. Avec la marmite, le tablier était bien adapté car il suffisait d'abaisser les coins du tablier au-dessus d'elle, en forme de goulotte il déversait les légumes dans la marmite. Mais avec les cuisinières et le faitout, le tablier n'était déjà plus adapté. On déversait le contenu du tablier dans une cuvette qu'on déversait dans le faitout qui se trouvait bien trop haut sur le dessus de la cuisinière.

Il servait aussi au jardin. On y allait avec un panier qui servait à mettre les légumes couverts de terre. Puis on faisait un tour pour cueillir les fruits mûrs, des tomates, des aubergines. On les déposait dans le tablier après avoir relevé les deux coins comme pour les petits pois. Et on revenait avec dans une main le panier et dans l'autre les deux coins du tablier.

La Petite fille
Quand la famille arrivait vous auriez pu quitter votre tablier ?

L'Arrière Grand-mère
Tu as raison. Mais nous avions vu nos parents faire cela alors nous en faisions autant sans réfléchir. Garder le tablier avait aussi une signification cachée. Cela voulait dire que nous gardions notre vêtement de travail. Si nous l'avions ôté, on aurait pu croire que nous n'étions pas en train de travailler. Il fallait toujours paraître occupé. Le fait qu'il soit relevé marquait vraiment une sorte de parenthèse entre deux moments de travail. Voilà, je crois que tu sais tout sur l'importance du tablier.

La Petite fille
Oui, mais tu as dit que c'était dimanche. Vous n'aviez pas d'habits du dimanche ?

L'Arrière Grand-mère
Si bien sûr et des souliers noirs comme à la ville !

La Petite fille
Ils ne sont pas noirs les souliers à la ville !

L'Arrière Grand-mère
Aujourd'hui, oui, mais de mon temps non. Les messieurs portaient toujours des souliers noirs. L'instituteur avait des souliers noirs. Et, oui, c'était comme ça.

La Petite fille
Bien nous notre maîtresse, elle vient en roller. Dans la classe, elle les change pour des chaussures rouges.

L'Arrière Grand-mère
Oui, je te crois. Mon institutrice n'avait pas de roller car cela n'existait pas. De toute façon , elle n'aurait pas pu s'en servir sur les chemins caillouteux, il faut du bitume et des trottoirs en ciment pour les rollers.

La Petite fille
Ta famille qui venait de la ville, ils avaient des chaussures noires ?

L'Arrière Grand-mère
Bien sûr et que même quand le temps était à l'eau, ils étaient obligés de marcher sur la pointe des pieds pour éviter la boue dans la cour de la ferme. Cela nous amusait un peu mais nous ne le faisions pas voir. Ils portaient des costumes.

La Petite fille
Mon père quand il part au bureau il met toujours son costume et une cravate. Et, il les ôte dès qu'il rentre. Le dimanche, il ne met pas son costume.

L'Arrière Grand-mère
Mon père qui est ton arrière-arrière-grand-père avait aussi un costume. Lui, il le mettait principalement le dimanche pour aller à la messe et dans les grandes occasions. Il le quittait aussi dès qu'il rentrait. Le dimanche, ma mère sortait une belle robe noire qui brillait avec des reflets et des dentelles aux poignets et au cou.

La Petite fille
Et, toi. Ta robe, quand tu étais petite ?

L'Arrière Grand-mère
Noire aussi. Elle ressemblait à celle de ma mère en plus petit.

La Petite fille
Ben alors, c'était déjà la mode corbeau ? Moi, j'aime pas la mode corbeau, c'est pour les grands du collège.

L'Arrière Grand-mère
C'est quoi ta mode ?

La Petite fille
Moi, j'ai pas de mode, je regarde la télévision et je choisis ce qui me plaît.

L'Arrière Grand-mère
Nous, nous n'avions pas de télévision, alors on regardait nos parents.

La Petite fille
Mais, moi, je ne veux pas ressembler à mes parents.

L'Arrière Grand-mère
Tu vois, quand j'étais petite, je regardais ma mère et je voulais lui ressembler. Quand tu seras grande à qui voudras-tu ressembler ?

La Petite fille

Ben… Je ne sais pas ?

Jean-Claude Raymond

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document




Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Terroir .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-11-06 - 09:46:52

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!