A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Enterrement campagnard vers 1950
et Cousins à la mode de Bretagne
par Jean-Claude Raymond

Présentation

Le faire-part reproduit ci-dessous est pour Aranei-Orbis l'occasion de traiter deux sujets :

  • celui du sens de l'expression à la mode de Bretagne qui apparaît au dernier paragraphe de ce faire part,
  • celui du déroulement d'un enterrement campagnard dans le Loudunais vers les années 1950.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Neveu et oncle à la mode de Bretagne en 1888

Un faire part de décès se termine par la liste des personnes qui le publient : « Leur époux, gendre, frère, beau-frère, neveu, oncle, petit-neveu, cousin-germain, neveu et oncle à la mode de Bretagne…  »

La parenté, neveux et oncles, apparaît deux fois dans la phrase. La première fois, il s'agit d'une parenté réelle. Mais que représnte cette relation neveu et oncle à la mode de Bretagne ?

Dans mon entourage, l'expression à la mode de Bretagne était toujours utilisée avec cousins. Elle désignait pour moi des personnes dont les liens de parenté sont très anciens et dont l'origine se perd dans le temps, voire même quelques fois mal établis. Cela pouvait aussi désigner des personnes qui n'étant pas de la famille participaient aux fêtes ou aux évènements de la vie quotidienne.

Or que nous dit Le Bouquet des expressions imagées [7] de Claude Duneton : « XVIIe à la mode de Bretagne, des parents éloignés que l'on traite en parents proches ».

Faire part de décès en 1888 mention et cousins à la mode de Bretagne

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Un enterrement campagnard vers 1950

A cette époque pour se rendre aux enterrements pour peu qu'on n'habitât pas la commune, le moyen de transport le plus courant était encore la voiture hypomobile.

Les chevaux écumants ne pouvaient rivaliser avec nos modernes chevaux vapeurs. Aussi, le voyage pouvait prendre plusieurs heures et dès qu'il ne faisait pas beau temps, le voyage devenaint une véritable expédition, malgré les chaufferettes et les couvertures épaisses qui protégeaient les genoux et les jambes.

L'église non chauffée, la longueur de la cérémonie religieuse n'arrangeaient rien. Aussi, après l'enterrement proprement dit, tous ceux qui avaient fait le déplacement étaient invités à une collation. Il fallait bien reprendre des forces pour affronter le froid et les quelques heures du trajet de retour. Ainsi, la famile, les familiers tels que la domesticité, voisins, se retrouvaient-ils, avec la famille, autour d'une table bien garnie. Au début, on n'entendait que quelques fourchettes dans les assiettes et un chuchotement de commisération partagée.

Un second temps consistait à philosopher sur la courte vie et à rappeler les qualités du défunt. On passait ensuite en revue les derniers morts qu'on venait d'enterrer et que chacun connaissait bien.
« T'as ben connu Joseph ? »
« Lequel ? »
« Pipe-en-Terre ! »
« Ah ! Dam'oui, l'a pas traîné. »
« Oui, à force de fumer comme une locomotive, l'a fini par la casser, sa pipe. »
« Ben, j'savais pas, dit un autre. Qu'est-ce qu'il a eu ? »
« Queque chose de pas ben bon qui l'a rongé d'l'intérieur sans qu'il s'n'aperçoive. »
« Et, pis sa Jeanne qu'est-ce qu'a devint? »
« Ben mon vieux, on l'a voit pus. Je crois ben qu'elle est partie chez ses enfants. »
« La maison qui qui s'en occupe ? »
« C'est y pas malheureux mourir à c't'âge là ? »

Quand la revue des derniers morts d'alentour s'épuise, les discussions se tournent irrémédiablement vers les difficultés quotidiennes des vivants - probablement pour que le mort qui écoute ne regrette pas trop amèrement son séjour ici bas : entre les gelées arrivées trop tard, les pluies qui font tout pourrir, les calamités sont nombreuses et tous les ans pires. Même la vache de Julien s'était mise de la partie. Elle imitait les hommes. Il lui fallut l'intervention du vétérinaire pour mettre bas. Vous rendez-vous compte des dépenses - le bénéfice du veau déjà mangé avant qu'il soit né. Si cela continuait on allait manger le cirque ! Certes, il n'y avait pas encore l'Europe agricole mais je ne suis pas sûr, si j'en crois ce qui se disait que ça allait mieux pour cela.

D'un autre côté les femmes échangent les nouvelles de la famille. On se fait rappeler les noms et les liens de parenté de ceux qu'on n'a pas reconnus. Pensez donc, le dernier enterrement remonte déjà à quelques années. Il faut rafraîchir les mémoires. Ceux qu'on avait vus adolescents sont aujourd'hui mariés. Certains ont même des enfants. Puis, il y a ceux qui sont fiancés. On essaye de savoir si la date de mariage est décidée. Il y a toujours quelques bébés nés depuis le dernier enterrement et qu'il faut voir. « Ah ! Qu'est-ce qu'elle ressemble à sa grand-mère Mélanie que j'ai bien connue ». « Vous croyez  ? Moi je pense qu'elle a pris du côté des Arbonneau avec ses joues roses et son petit nez. » De toute manière, c'est un vraiment beau bébé dit une troisième. »

Les bébés vont à l'inverse des misères du monde, les uns de plus en plus beaux, les misères de pires en pires.

Et du mort, on en n'entend plus parler. Qu'il repose en paix. Dieu ait son âme.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Références lexicales

  • [1] Le vieux parler tourangeau par Maurice Davau, C.L.D. Normand et Cie, 1979.
  • [2]Vieux parlers de la Vienne par R. Mineau et L. Racinoux, librairie ancienne Le Bouquiniste, 162 Grand-Rue, F-86000 - Poitiers, 1975.
  • [3] Petit Robert - Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française , par A. Rey et J. Rey-Debove, édition Le Robert, Paris, 1977
  • [4] Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française par Paul Robert, Société du Nouveau Littré, Paris,1962.
  • [5] Dictionnaire encyclopédique Quillet, Librairie Aristide Quillet, Paris, 1965.
  • [6] Nouveau lexique Latin-Français par Henri Goelzer et L. Martel, Librairie Garnier frères.
  • [7] Le Bouquet des expressions imagées par Claude Duneton en collaboration avec Sylvie Claval, Encyclopédie thématique des locutions figurées de la langue française, édition Seuil, 1990, ISBN2.02.009958-6.


Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Terroir .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-01-18 - 14:49:07

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!