A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Les prouesses de l'équipe
U S La Roche-Rigault—Loudun

par Alain Delaunay

Union sportive : La Roche-Rigault — Loudun

La Roche-Rigault : la merveilleuse épopée sportive...La Roche-Rigault :la merveilleuse épopée sportive...

Les 24, 25 et 26 septembre 1939, environ 2600 Audunois arrivent en Loudunais. Ils seront logés dans la ville et toutes les communes environnantes. Claunay et Le Bouchet accueilleront plusieurs familles. Combien ? Une liste d'allocataires retrouvée aux archives départemenales par Monsieur Garault, maire de la Roche-Rigault, et datée du 1940-01-20, comporte une soixantaine de noms. Mais cette population sera très mouvante. Le recensement des logements libres, effectué dès avril 1939, a été trop approximatif et de nombreux réfugiés en surnombre et mal logés quittent la commune.

Des personnes dignes de foi ne se souviennent que des familles Braschi, Cicci, Calandrini, Doldi. Frulloni. Gatti, Ioppi, Mackowiak. Mancini, Martinelli, Pancera, Pazzaglia, Pompermyer, Quenzi, Sbroglia, Balagna, Moench, Kaiser, Kapweiller, Turchi, Rascopf, Nous ne possédons aucune précision sur la durée de leur séjour; certains regagneront leur région dès mai 1940; environ 2 000 repartiront en novembre de la même année.

Union sportive La Roche-Rigaud — Loudun (champions de la Vienne 1941 1ère division.

Champions de la Vienne saison 1941 (1ère division)

Noms des joueurs de cette photo.

A la Coopérative, on embauche...

En septembre 1939, à la Roche-Rigault, hameau partagé par la route de Loudun à Monts-sur-Guesnes entre les communes de Claunay et du Bouchet, une coopérative agricole a été fondée depuis peu. Un silo a été construit. Un second s'avère nécessaire. Le directeur de cette coopérative. Monsieur Amédée Criton. procède à de nombreuses embauches. Des réfugiés mosellans seront du nombre. Combien ? Là encore, les archives sont introuvables. On ne peut se fier qu'à la déclaration de François Maestroni :

Les Audunois trouvent du travail à la coopérative de La Roche-Rigault. Avec les autres Audunois, ils construisent le silo. J'étais coffreur.

Parmi ces jeunes gens embauchés, certains, aux heures de loisir, se révèlent des footballeurs de grand talent.

Le début de la belle aventure...


A la Roche-Rigault, on jouait au football avant la déclaration de guerre, sur un terrain situé sur le bord de la route de Monts-sur-Guesnes, à proximité des hameaux de Genèton et Turzay. Très vite, une équipe est constituée.

Dès 1941, La Roche-Rigault est championne de la Vienne. Sur 11 joueurs, 10 sont Mosellans. ils se nomment Créola, Mancini, les frères Gunther, Bourson, Mahillon, Doldi, Maestroni puis Mangeneau, les frères Sbroglia, Pompermeyer.

La nécessité d'un stade plus grand...

En peu de temps, l'équipe de la Roche-Rigault acquiert une réputation telle que les surfaces de touche s'avèrent trop restreintes pour accueillir les spectateurs qui affluent. C'est alors que Monsieur Criton tente un rapprochement avec le club de Loudun qui se nomme, alors, l'Union Sportive des Cheminots Loudunais (USCL), club omnisport créé en 1933.

Le 4 juin 1941, le Directeur de la Coopérative de Claunay est invité à l'assemblée générale de l'USCL. Il est décidé que l'équipe de la Roche-Rigault disposera du terrain lorsque l'USCL sera en déplacement. Il est également convenu que Monsieur Criton devra verser un pourcentage de 10% sur les recettes. Il propose de participer à la remise en état du terrain dit « de la Poudrière », endommagé par la construction de trois baraquements. Mais bien des querelles éclateront qui auront pour origine la répartition des recettes, le recrutement des jeunes, les horaires des entraînements et des matches.

Un évènement retentissant...

Malgré tout, l'Équipe du hameau accomplit des prouesses dont le retentissement se répand dans le pays. Inscrite en Coupe de France, elle élimine successivement Poitiers (3-0), Châtellerault (3-0), Cognac (5-2), Cholet par forfait et Orléans (9-0).

Le 4 janvier 1942, à Tours, La Roche-Rigault est opposée à la meilleure équipe de France, le Red Star de Paris avec ses vedettes Da Rui (issu d'Audun-le-Tiche), Simonyi, Aston… Elle s4incline très honorablement, 5 à 2, devant 4 300 spectateurs. Parmi les autres clubs participant à ce tour de la Coupe de France on trouve le RC Paris, le Stade Français, le Stade Rémois, Le Havre AC…

La Roche-Rigault s'est hissée parmi les grands du football français.

Vers la fusion…

Une défaite à un tel niveau signifie un succès pour le président du club du hameau. Cet évènement sportif va provoquer, le 9 janvier 1942, une réunion extraordinaire durant laquelle une forte proportion de dirigeants de l'USCL donnent leur démission. Certains sont lassés des tiraillements entre les deux clubs, les autres désirent leur fusion. Le soir même, il est procédé à de nouvelles élections. Sont élus  MM Delavault, Richard. Hiquet, Lebeau, Decosse. Delaplanche, Roullier. Grosbois, Gouillé, Lemercier. Letestu, Audran, Goigoux, Boisnier, Suaud. La fusion est votée par 36 voix contre 26. Elle ne sera effective que le 18 novembre 1942. Monsieur Godrie en sera le président, Monsieur Criton, le directeur sportif. Le nouveau club s'appellera l'Union sportive La Roche-Rigault—Loudun.

Loudun Union sportive de La Roche-Rigault Loudun vers 1942.

Union Sportive La Roche-Rigault_Loudun : dirigeants et joueurs. ©Pierre Decosse



Union Sportive La Roche-Rigault_Loudun : dirigeants et joueurs.

Et la fête continue…

Les soucis du comité de direction n'ont apparemment pas diminué l'ardeur des joueurs. Succès et parfois défaites se succèdent contre des clubs de grande valeur. Des rencontres de gala s'intercalent entre les matches de coupe et de championnat.

Quelques résultats :

  • Pâques 1942 : Match nul contre Le Havre (1 -1 ).
  • 10 mai 1942 : Victoire devant l'AAJ Blois en finale de la Coupe du Centre (2-1).
  • Noël 1942 : Victoire sur Angers (4-1).
  • 14 février 1943 : Victoire contre Angoulême (3-1).
  • -20 septmbre 1943 : Défaite contre le Racing Club de France (2-3).
  • 5 décembre 1943 : Défaite en Coupe de France contre Bordeaux (5-6).
  • 11 avril 1944 : Match amical : victoire contre le Red Star (4-1) (arbitrage de Monsieur Braschi).

Ajoutons à ces résultats les sélections départementales de A. Créola, J. Gunther, R. Mancini, V. Genson (capitaine), E. Bourson, J. Doldi, F. Maestroni, et les sélections régionales de Mancini, Mangeneau, Bourson, Doldi, Maestroni et Genson (Poitou et Centre).


Julien Da Rui gardien de l'équipe de France fêté par ses amis de

Julien Da Rui, originaire d'Autun-le-Tiche, gardien de l'équipe de France de Football,
fêté par ses amis de l'Union Sportive La Roche-Rigault-Loudun (1941-08-05). ©Pierre Decosse.



La fête sportive semble s'être arrêtée au printemps 1944. La France pense à sa libération. Les derniers Mosellans nous quitteront le 3 décembre 1944. Seuls resteront parmi nous ceux qui auront trouvé l'âme sœur.

Que sont-ils devenus ?

Un ami audunois, fervent supporter de cette équipe mythique, se souvient : les frères Gunther, Maihllon, les frères Créola rentrent au pays comme V. Genson, le capitaine, qui reprend son poste d'instituteur. René Mancini épouse une jeune fille de Claunay. François Maestroni, Jean Doldi, Octave Sbroglia et Eugène Bourson entameront une brillante carrière professionnelle.

Quelles sont les raisons d'une si belle aventure ?

On peut y voir la conjonction de 3 facteurs déterminants :
tout d'abord, le talent des joueurs qui représentaient, paraît-il, une sélection de plusieurs petits clubs de la région d'Audun, ensuite la haute autorité morale du capitaine Genson, stratège de grande envergure, et enfin le dynamisme et la passion du directeur sportif, Amédée Criton.

Les anciens réfugiés y voient une autre raison que l'on découvre à la lecture d'un texte dont on ignore l'auteur, texte intitulé : « II était une fois dans le journal Centre Ouest.

Voici quelques extraits :

La Roche-Rigault ! Ce nom d'un « hameau » du Poitou évoque toute une époque pour les Audunois... Grâce au football et grâce à quelques anciens footballeurs, l'exil des Audunois fut moins dur. A des centaines de kilomètres de leur cité, les « mineurs de fer »  avaient au travers du club, cette cellule indispensable à la vie de tous, reconstitué Audun [...], un Audun idéal, un Audun dont aiment à parler ceux qui l'ont connu et ceux qui ont participé à son extraordinaire épanouissement… Tous ces émigrés ont réussi la propagation d'un idéal sportif, le divertissement de toute une population locale [...], et cristallisé tous les espoirs d'une population déplacée qui ne baissait pas la tête; voilà cet épisode glorieux, le plus glorieux peut-être du club.

Quant à nous, enfants ou jeunes gens de la guerre, qui sommes ou serons bientôt des octogénaires, que les générations qui nous ont succédé essaient de comprendre notre nostalgie : ces merveilleux footballeurs étaient nos Zidane. Dans cette époque morose et oppressante, ils nous ont apporté de grands moments d'exaltation et de rêve. Il était bien temps, 65 ans après, de manifester notre reconnaissance.

Alain Delaunay

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Crédits

Article publié avec l'accord d'Alain Delaunay, à partir de son article publié dans La Gazette de Loudun, n° spécial du 11 septembre 2009, ISBN : 2-908571-50-1.

Sources

  • Cahier des délibérations de l'US Cheminots Loudunais,
  • L'exode des Mosellans à Loudun par Jean-Claude Rabin,
  • Notes d'Édith Créola,
  • Clichés Pierre Decosse,
  • Témoignages de Mmes Moreau, Rabusseau, Ribaneau et de MM. Aucher, Bellucci et Rateau.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Commentaires concernant les photographies

Union sportive La Roche-Rigaud — Loudun (champions de la Vienne 1941 1ère division.

Champions de la Vienne saison 1941 (1ère division) 

  1. A. Créola
  2. Mancini
  3. J. Gunther
  4. A. Criton (président
  5. B. Créola
  6. E. Bourson
  7. V. Genson
  8. Mahillon
  9. Pompermeyer
  10. Doldi
  11. F. Maestroni
  12. P. Gunther


Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article 70e anniversaire de l'arrivée des réfugiés à Loudun en 1939 .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2009-12-07 - 17:21:54

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2017 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!