A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Maurice Genevoix et la Loire

par Jean-Claude Raymond

Table des matières


Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document


La rivière aux menteuses langueurs, aux brusques et terribles colères…

La conquérante, la fantasque, la rivière aux menteuses langueurs, aux brusques et terribles colères… elle est sauvage, sauvagement libre ; elle se garde et brise toute contrainte, d'où qu'elle vienne.»

Par deux fois, après la première guerre mondiale, l'écrivain que j'étais devenu avait déjà cédé à l'appel de la Loire retrouvée. Tout ce qui, avant l'épreuve tragique, m'avait été bonheur de vivre , sentiment d'expansion de l'être, allégresse de liberté demeurait lié pour moi à ce miroir d'eau nonchalante, à cette coulée de lumière changeante qui cernait, embrassait, caressait le coteau de ma petite ville, qui éclairait inoubliablement les horizonsq de ma province. C'est par eux que j'avais accédé au sentiment de beauté.

[]

Mais je voudrais aussi, d'un même vœu, que le monde des apparences où sinue le beau fleuve qui m'acharmé toute ma vie ressemble à ce qu'il est, en vérité : un monde éternellement vierge, merveilleux, inépuisablement fleurissant ; autrement dit le monde de l'enfance, où ceux qui deviendront des hommes, mieux qu'ils ne le sauront jamais, savent admirer, comprendre et aimer.

Maurice Genevoix

in le préambule de La loire, Agnès et les garçons

On croit que c'est un fleuve qui coule […] Mais la vie, hein ?

Je ne revois jamais la Loire poursuivit la voix chuchotante, sans penser à ce jour-là. On croit que c'est un fleuve qui coule ; de l'eau qui glisse en reflétant le ciel. C'est quelque chose bien sûr. Mais la vie, hein ? Toute la vie…

Maurice Genevoix

in La loire, Agnès et les garçons,  Première partie - II

[la Loire] aussi d'abord pétrifiée, livide, rosâtre, affreusement lugubre

Elle [la Loire] aussi d'abord pétrifiée, livide, rosâtre, affreusement lugubre. L'embâcle, en plein courant, avait cabré de grands glaçons, les avait tués debout dans une poussière d'éclats broyés. J'avais sauté au milieu d'eux, j'en touchais la tranche glauque, minérale, tout de suite perdu dans ce désert figé, incroyablement silencieux. Une fois seulement, je m'en souviens, la glace s'est émue d'une longue plainte musicale. Pas un craquement, non ; comme une corde pincée dans la profondeur des eaux libres, interminablement vibrante.

Maurice Genevoix

in La loire, Agnès et les garçons,  Première partie - II

… de gros blocs de silex que la Loire avait abandonnés, épais et roux comme des miches de huit livres

Le chemin disparaissait là-dessous, parmi de gros blocs de silex que la Loire avait abandonnés, épais et roux comme des miches de huit livres.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - II

… Loire de septembre, fraîche et basse coupée de bancs de grève…

La Loire où il entrait était une Loire de septembre, fraîche et basse coupée de bancs de grève où les herbes palustres piquaient déjà des touffes vertes ; Loire de vacances, entre toutes famillière. Les bleus, les verts, les glacis lilas ou roux, les moires, les fronces, les lueurs et les ombres, rien ne lui échappa, qui ne prît à ses yeux un sens immédiat et vivant.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - II

… la Loire coulait, frisonnante de saulaies enfantées par les sables roses.

En bas, à droite, étalée sur le Val, la Loire coulait, frisonnante de saulaies enfantées par les sables roses. A mesure qu'il descendait, elle montait vers l'horizon jusqu'à se confondre avec lui. Elle disparut derrière une levée.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - III

Dérober la vue du fleuve pour la révéler tout à coup, c'est un des charmes de ces turcies de Loire

Dérober la vue du fleuve pour la révéler tout à coup, c'est un des charmes de ces turcies1 de Loire, puissantes levées de terre dressées par les riverains contre la ruée des crues subites. Aux points des plus sauvages poussées, là où le fleuve furieux fait brèche et inonde des leiues de pays, leur épaulement devient énorme. La route , alors, escalade cette épaule, prend la place du chemin de crête et suit les méandres du fleuve.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - III

Note

  1. Turcie : sur la Loire, haute digue faisant partie d'un très vaste système qui s'étend quasiment sans discontinuer de Nevers à Nantes, et visant à juguler les crues. Synonyme : levée (d'après le dictionnaire fluvial et batelier du projet Babel).

Entre les îles, la Loire rampait, filait, luisait en coulées ardentes sur un fond de galets roux.

Entre les îles, la Loire rampait, filait, luisait en coulées ardentes sur un fond de galets roux. Friselante à la proue de ces îles et bourrelée de barres de soleil, elle les prolongeait à l'aval d'une double traîne mordorée, branches d'un fluide éventail entre lesquels dormaient, torpide, couleur d'émeraude, un remous ombreux et secret. 

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - III

… la Loire […] descendait d'une seule coulée. Lisse, bleue, reflétant tout le ciel…

Droit devant lui, au-delà du frémissant dédale qui scintillait au pied de la levée, la Loire venue du Sud, descendait d'une seule coulée. Lisse, bleue, reflétant tout le ciel, et, très haut dans le ciel, un nuage rond éblouissant, elle emmenait les yeux jusqu'à une ligne d'un bleu soutenu, — le bleu des pins dans l'éloignement, — qui la cernait comme la berge d'un lac.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - III

Le ciel, la Loire demeuraient aussi purs, aussi bleus…

Le jour changeait insensiblement. Le ciel, la Loire demeuraient aussi purs, aussi bleus, mais le soir s'annonçait déjà au blondissement de la lumière.

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - IV

La Loire tournait, derrière d'immennses grèves caillouteuses où des “ tireurs de jard ” […]  pelletaient le sable à la volée…

La Loire tournait, derrière d'immennses grèves caillouteuses où des “ tireurs de jard1 ”, à côté d'un tombereau attelé, pelletaient le sable à la volée sur un crible de treillis. Par-dessus la courbe étincelante, les horizons faniliersse levaient à leur rencontre…

Maurice Genevoix

in La Loire, Agnès et les garçons,  Première partie - IV

Note

  1. jard ou jar : sable caillouteux de provenance fluviale.

Liens externes

Biographie

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article La Loire et ses affluents .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2008-01-11 - 19:35:57

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2017 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!