A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou

Luc Montagnier
Découvreur du virus du Sida
par Jean-Claude Raymond

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Biographie succincte

Enfance à Châtellerault

La ville de Châtellerault fut la première ville de France à baptiser une rue Docteur-Luc-Montagnier, le 28 ou 29 septembre 2002. La contribution de ce chercheur à la lutte contre le sida suffirait à justifier cette action. A cela, il faut ajouter que Luc Montagnier, né à Chabris en 1932-08-18, a fait ses études secondaires au collège René-Descartes à Châtellerault. Le choix de la rue n’est pas anodin car il s’agit de la rue où se trouve le nouvel hôpital.

Études supérieures

Il poursuivit ses études de sciences naturelles à Poitiers, puis à Paris et obtint la licence ès sciences en 1960. Il devint alors assistant à la Faculté des sciences à Paris avant d’enseigner la physiologie à la Sorbonne. Il devint ensuite chercheur au CNRS à Paris.

Reproduction de l'ARN (1960 — 1963)

Entre 1960 et 1963, il travaille à l’unité de recherche sur les virus du Medical Research Council à Carshalton puis à Glasgow. En 1963 avec F. K. Sanders, il découvre le premier ARN, à double hélice, impliqué dans la reproduction d’un virus à hélice simple. Cela montrait que l’ARN se reproduit par simple accouplement comme le fait l’ADN. Il met au point une technique de culture des cellules cancéreuses, maintenant courante.

A l'Institut Curie (1965 — 1972)

Entre 1965 et 1972, il revient en France.Il travaille à l’Institut Curie à Orsay. En 1971, il reçoit le prix Rosen.

Découverte du HIV-1 et 2 (1983 — 1985)

L 1983-01-20, il découvre avec Jean-Claude Chermann et Françoise Barré-Sinoussi un rétrovirus humain : le HIV-1 Lymphadenopathy associated Virus). C’est cette année là qu’il publie dans la revue Science du 20 mai un article Isolation of a T-Lymphotropic Retrovirus From a Patient at Risk for Acquired Immune Deficiency Syndrome (Aids en anglais, Sida en français). En 1985 avec son équipe, il découvre un deuxième virus humain (HIV-2). Cette même année il reçoit le prix Gallien.

Institut Pasteur (1985 — 1990)

De 1985 à 1990, il est professeur au Département sida et rétrovirus à l’Institut Pasteur. Il en devient directeur en 1990.

Actions diverses

  • 2001 —  en l'absence de financement, renoncement au projet de centre de biologie moléculaire et cellulaire à New-York.
  • 2003-2006 — défense des infirmières bulgares retenues prisonnières en Lybie, accusées d'avoir inoculé le virus du Sida à des enfants.
  • 2004 — signature de l'Appel de Paris, initié par le cancérologue Dominique Belpomme, visant à interdire certains produits cancérogènes.

Distinctions et prix

  • 1983 — prix Gallien,
  • 1986 — commandeur de l'Ordre national du Mérite,
  • 1986 — les prix Korber et Jeantet,
  • 1986 — prix Albert Lasker avec Robert Charles Gallo et Myron Essex (équivalent du Nobel aux États-Unis),
  • 1987 — Gardner et Santé,
  • 1988 — prix du Japon,
  • 1993 — distinction Roi Faiçal,
  • commandeur de la Légion d’honneur et crée avec Federico Mayor, directeur de l’Unesco, la fondation mondiale d’étude et de prévention du sida et en devient directeur.
  • 1994 — prix de la fondation Amsterdam,
  • 1997 — il devient directeur du Molecular and Cellular Biology Centre au Queens College de la City University à NewYork (CUNY),
  • 1998 — prix Warren Alpert augmente la liste des distinctions,
  • 2000-05 — prix prince des Asturies de la recherche scientifique,
  • 2008-10-06 — prix Nobel de médecine avec Françoise Barré-Sinoussi.

La polémique avec Robert Gallo

Découverte du rétrovirus

Luc Montagnier a annoncé sa découverte du virus du sida, le LAV (Lymphadenopathy Associated Virus), dans la revue Science de mai 1983. Quelques mois plus tard, le professeur Robert Gallo, avec le soutien de l’administration des États-Unis d’Amérique et du National Health Institute, annonce lui aussi la découverte du virus du sida. Il est alors persuadé que le sida est dû à un autre rétrovirus déjà connu, le HTLV III. L’américain dépose rapidement un brevet concernant le HTLV III ce que n’a pas fait Luc Montagnier pour le LAV.

Parade ou accident ? Une affaire d'argent !

En janvier 1985, on démontre que le LAV et le HTLV III sont les mêmes. Le nom finalement adopté sera HIV (Human Immunedeficiency Virus) ou VIH (Virus de l'immunodéficience humaine) L’institut Pasteur porte alors plainte. Les représentants des administrations françaises et américaines s’accordent sur un partage de la paternité de la découverte mais aussi des revenus du brevet.

En 1989, un journaliste montre que le rétrovirus découvert par Robert Gallo n’est autre que celui de Luc Montagnier. On pense alors que Robert Gallo a sciemment déclaré la découverte d’un nouveau virus sachant qu’il s’agissait de celui découvert par Luc Montagnier.
En 1991, acculé, Robert Gallo choisit l’hypothèse la plus convenable pour lui : celle de l’accident. Il déclare dans une lettre publiée dans la revue britannique Nature que le rétrovirus qu’il cultivait avait été contaminé par celui du Français.

En 1992, l’Office of Research Integrity américain accuse Robert Gallo de s’être attribué indûment la découverte du VIH. L’Institut Pasteur revendique une nouvelle répartition des revenus du brevet.

Le triomphe de la vérité

En 1994, les Américains reconnaissent l’antériorité de la découverte du rétrovirus par Luc Montagnier.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Reconnaissance châtelleraudaise

Châtellerault fut la première ville de France à nommer une rue Luc Montagnier. Cela se passa le 2002-10-02, en présence de Luc Montagnier, alors âgé de 70 ans. Il était tout naturel de rendre hommage à celui qui a passé une partie de sa jeunesse dans la ville et a étudié au collège René-Descartes comme l'avait fait avant lui un autre savant Camille Guérin qui mit au point le BCG avec Albert Calmette. Cette rue est située près de l'hôpital Camille-Guérin.

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document

Liens

Navigation vers le début du documentMotif pour séparer les paragraphesNavigation vers le début du document



Messagerie, Aide, Aranei-Orbis ? Copyright, etc.

Retour à l'article Célébrités régionales .

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou vous remercie de votre visite

Dernière modification : 2011-02-01 - 07:36:56

  Contact | Aranei-Orbis ? | Recherchons | Aide | Crédit | Nouveautés

Déficience visuelle

Sites de la galaxie Aranei-Orbis

A la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou
Patrimoine régional entre Angers, Tours et Poitiers : personnages célèbres, coutumes, légendes, témoignages, histoire, géographie, architecture.
(jcraymond.free.fr)
Chansons anciennes
Chansons trouvées dans des cahiers datant d'avant la guerre de 1914-1918.
(cahierschansons.free.fr)
Arts des mots — Le Poémier
Poèmes et textes de mes amis et invités.
(lepoemier.free.fr)
Arts visuels
Œuvres de mes amis et invités.
(www.chez.com/araneiorbis)
Antick
Musée virtuel d'objets anciens, disparus ou en désuétude.
(antick.free.fr)
Domus-Libri
Maison des livres anciens restitués sous format numérique.
(domuslibri.free.fr)
Morts pour la France
Monuments aux morts et les noms qu'ils portent.
(mortspourfrance.free.fr)

Copyright :© Aranei-Orbis - 1997 - 2016 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservée.

  Document made with KompoZer 

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!